Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Production laitière
Plus de revenu avec le pâturage

Une étude bretonne, basée sur une simulation, met en évidence les différences de niveau de charges entre systèmes de production.


Au cours d´une journée lait organisée par la Chambre d´agriculture d´Ille-et-Vilaine, une étude menée par les EDE-chambres d´agriculture de Bretagne (en partenariat avec la FRCuma et l´Institut de l´élevage) sur l´impact de systèmes plus ou moins pâturants sur le temps de travail, le revenu et l´environnement a été présentée. La base commune de la simulation est une exploitation de 50 hectares et 260 000 litres, conduite par un couple. Quatre systèmes économes sont testés : 25, 35, 45 et 70 ares de pâturage par vache laitière (7500 kg lait, 700 kg concentrés par VL). Un système intensif sur 35 ares, 8500 kg lait, 1200 kg concentrés par VL, sert de comparaison. Les conclusions générales sont : pas d´effet notable sur le temps de travail (mais les tâches sont différentes), ni sur l´environnement ; par contre, un effet sur les charges qui permet au système « 70 ares » de dégager le meilleur EBE.

La maîtrise du coût alimentaire est la différence la plus nette entre les systèmes. Il diminue quand la part de pâturage augmente. Dans le système « 70 ares », le coût fourrager est le plus réduit (économie de près de 40 % par rapport au système « 25 ares »), malgré les récoltes d´herbe plus importantes. L´association RGA + TB nécessite moins d´intrants que le maïs et le pâturage réduit les travaux de récolte. Le coût de concentré diminue avec la part de maïs par la quantité de correcteur azoté nécessaire.
©V. Rychembusch

Plus économe en mécanisation et bâtiment
Dans le système « 70 ares », le coût de concentré est de 17,3 E/1000 l vendus, contre 22,9 E/1000 l dans le système « 35 ares » et 28 E/1 000 l dans le système « 35 ares intensif ».
Le système orienté vers plus de pâturage est également plus économe en mécanisation et bâtiment (investissement et coût annuel).
Ainsi, même avec un produit plus faible pour le système le plus pâturant (106 900 euros en système « 70 ares », contre 116 100 euros en système « 25 ares »), le résultat courant y est plus élevé (31 % du produit en système « 70 ares », contre 24 % en système « 25 ares »).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Anthony, Christian et Evelyne Ripoche. « Cette technique nous a bluffés. Désormais, à tout moment de la journée, les vaches accèdent exactement à la même composition de ration. » © DR
« Nos vaches ne trient plus grâce au compact feeding »
Le Gaec Ripoche, dans le Maine-et-Loire, ajoute de l’eau à la ration pour obtenir un mélange condensé et homogène. Tel le…
Alain Piet. « Le simple fait d’ajouter de l’eau dans la ration a boosté la production laitière. » © E. Bignon
Compact feeding : "Je ne reviendrai pas en arrière"
Le Gaec du Puits, dans le Maine-et-Loire, converti au compact feeding depuis un an et demi, prépare sa ration en…
Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière