Aller au contenu principal

PHYTOS : ADOPTEZ LES BONNES PRATIQUES

L’utilisation des pesticides n’est anodine ni pour la santé ni pour l’environnement. La législation européenne se durcit pour réduire les risques. Qu’en est-il de vos pratiques ?

LE NOUVEAU RÈGLEMENT
EXCLUT DAVANTAGE
DE SUBSTANCES ACTIVES
LE NOUVEAU RÈGLEMENT
EXCLUT DAVANTAGE
DE SUBSTANCES ACTIVES
© D. Lucas

Le durcissement de la législation européenne sur l’utilisation des produits phytopharmaceutiques a franchi un cap le 13 janvier. Les négociateurs du parlement européen, de la Commision européenne et du Conseil des ministres de l’agriculture ont en effet voté un compromis en faveur des projets législatifs du « Paquet pesticides » proposé en 2006 par la Commission européenne.

Le « Paquet pesticides » se compose de deux textes : un projet de règlement relatif à la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques et une directive cadre pour une utilisation durable des pesticides dans les États membres. Ses objectifs font l’unanimité au sein de l’UE. Et pour cause : il vise à garantir la santé des humains, à préserver l’environnement tout en assurant des bons rendements aux cultures. Par contre, les divergences se sont exacerbées au fil du temps sur les moyens de les atteindre. Avec son projet de règlement (1er texte), la Commission européenne entendait en effet dépoussiérer une directive européenne datant de 1991. Ce texte législatif implique un durcissement des conditions d’autorisation de mise sur le marché des substances actives jugées très toxiques.

Pendant les débats qui ont duré jusqu’au vote du 13 janvier, le Parlement européen et des associations de défense de l’environnement ont défendu une ligne « dure » du projet. La Commission européenne s’est montrée plus souple. L’Union des industries de la protection des plantes (UIPP) et la FNSEA ont mis le doigt sur les effets négatifs que pourrait provoquer une réduction importante des substances actives autorisées sur l’efficacité de la lutte contre certains bio-agresseurs. L’UIPP remet également en cause les critères d’exclusion de certaines substances actives.

Le deuxième texte proposé par Bruxelles a fait couler beaucoup moins d’encre. Il s’agit d’une proposition de directive cadre sur « l’utilisation durable des pesticides ». Le plan Ecophyto 2018 en est en quelque sorte la traduction française. Il faut noter que c’est la première fois que l’UE légifère sur cet aspect. Les deux textes du « Paquet pesticides » devront être adoptés formellement par le Conseil des ministres de l’agriculture pour que la nouvelle législation entre en vigueur. Ces deux textes devraient entrer en application au début 2011. Quoi qu’il en soit, l’utilisateur est le premier maillon de la chaîne à être exposé aux risques liés à l’utilisation de produits phytopharmaceutiques.

Nous vous proposons donc quelques fiches de bonnes pratiques. La santé… En France, il aura fallu attendre le début des années 1990 pour que l’on commence à se pencher sur les effets de l’utilisation des pesticides après leur mise sur le marché sur les pathologies chroniques, selon Pierre Lebailly, chercheur au centre François Baclesse à Caen dans le Calvados. Ce scientifique étudie depuis 1995 le lien possible entre activités agricoles (dont l’usage de pesticides) et cancers. Et n’oubliez pas que, depuis le 1er janvier 2009, le contrôle des pulvérisateurs est obligatoire. ■ Franck Mechekour

Page 30 : De nouvelles règles d’homologation «Paquet pesticides»

Page 33 : « Non aux listes noires arbitraires ! » J.-C. Bocquet, UIPP

Page 34 : « J’ai réduit avec succès les phytos » À l’EARL de la Métairie Neuve

Page 37 : Une bonne protection de la tête aux pieds EPI

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

[Contenu Partenaire] Dermatite : « une baisse de 39 à 9 % des vaches laitières touchées, grâce au biocontrôle »
Dans la Manche, le GAEC Bourgine lutte contre des problèmes de boiteries avec un produit de biocontrôle, le Certiflore. En un an…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
La ferme des 1000 vaches ne livrera plus de lait au 1er janvier 2021
Coup de tonnerre à la ferme des 1000 vaches à Drucat dans la Somme. Face au manque de visibilité à moyen terme, le gérant,…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au 1er avril
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière