Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pays-Bas : gigantesque fraude au lisier

L’existence d’une fraude fréquente et à grande échelle depuis plusieurs années ne fait aucun doute. Le porc, la volaille mais aussi le lait sont concernés ; la récente et forte croissance laitière a amplifié le phénomène. Le rapport de la police de l’environnement dénombre 60 % d’anomalies dont 30 à 40 % de fraudes avérées sur les 1 200 transports de lisier contrôlés (pour un total de 900 000 transports en moyenne de 30 tonnes). Les fraudeurs ont fait preuve de créativité : tournées de transport fictives ou falsifiées, surfaces déclarées supérieures à la réalité, échantillons soumis à analyse enrichis en minéraux pour surestimer les sorties, suivi GPS obligatoire désactivé et prétendu défectueux… Les documents comptables eux-mêmes ont été falsifiés. Éleveurs, entreprises de transports et de traitement du lisier, laboratoires, cabinets comptables… toute la chaîne du lisier est impliquée. Le rapport pointe la défaillance des systèmes de contrôle. Le grand nombre d’intermédiaires qui favorise l’opacité : le transport d’un point A à un point B peut impliquer une douzaine de personnes morales, françaises ou étrangères.

Échapper au coût du transport et au contrôle des quantités produites.

Le ministère de l’Agriculture néerlandais donne plutôt l’impression de vouloir minimiser l’enjeu de cette fraude, alors que celle-ci conduit à une très importante « surfertilisation » des terres. Sa préoccupation première porte sur la négociation de la dérogation à la directive nitrates. Celle-ci a pris fin au 1er janvier 2018, sa reconduction ou non sera décidée en mars-avril.

Face au problème d’excédent, un marché des droits à phosphates s’est mis en place au 1er janvier. Les premières cotations montrent que les éleveurs laitiers sont prêts à acheter ces droits à 1 €/litre (le prix des quotas laitiers) ! Et un tiers des éleveurs, incités à produire par un prix du lait stimulant (415 €/1 000 l en décembre), se disent prêts à en acheter à ce tarif. La Rabobank a déjà annoncé qu’elle était disposée à faire des prêts avantageux pour financer ces achats.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Production laitière : doper le taux butyreux par l’alimentation
Augmenter rapidement le TB, c’est possible par l’alimentation. Certaines rations sont plus favorables mais il faut surtout…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière