Aller au contenu principal

Elevage bovin/Mécanisation
Pâturage et délégation pour réduire les coûts

Une étude bretonne sur les coûts de production montre qu´un système pâturant ou une stratégie de délégation des travaux font gagner de l´argent et du temps à l´éleveur.


Adhérer à une Cuma plutôt que posséder son propre matériel et déléguer ses travaux plutôt que de les réaliser soi-même permettent de se libérer du temps et d´économiser de l´argent. Et plus un système est pâturant, plus il est plus économe en mécanisation. Ce sont les conclusions d´une étude initiée par les EDE-Chambres d´agriculture de Bretagne (en partenariat avec la FRCuma et l´Institut de l´élevage), sur la maîtrise des charges. La simulation compare deux stratégies « mécanisation individuelle » et « délégation maximale », dans quatre systèmes de production : 25, 35, 45 et 70 ares de pâturage par vache laitière (exploitation de 50 ha de SAU, 260 000 l de quota, 7500 kg de lait, 700 kg concentré par vache laitière). La « délégation maximale » revient 4000 à 5000 euros de moins (entretien du matériel, carburant, amortissement, temps de travail) que la stratégie « mécanisation individuelle », et prend 300 à 400 heures de moins par an, soit 6 à 8 heures par hectare (travail aux champs, déplacements, attelage, dételage et réglage, entretien, utilisation pour l´élevage).
©D. Lucas


Plus le système est pâturant, plus le coût de mécanisation diminue, notamment pour le travail du sol (moins de cultures annuelles) et l´épandage de fumier-lisier (moins de déjections à épandre car moindre présence des animaux en bâtiments). Le coût des récoltes et transports est semblable entre les systèmes « 25 ares » et « 70 ares » : coparée au maïs ensilage, l´herbe coûte moins cher à récolter à l´hectare, mais comme on multiplie les activités de récolte, au final la charge est équivalente.

Le système pâturant justifie la délégation
Le système le plus pâturant justifie le plus la délégation, avec une économie de 5000 euros par rapport à la stratégie « mécanisation individuelle » (économie de 4000 euros en système « 25 ares »). « En effet, une forte puissance de traction pour les travaux liés aux cultures est plus pesante financièrement dans un système qui ne la justifie pas », explique André Queffelec, de la Chambre d´agriculture du Finistère. Inversement, le gain de temps est plus marqué dans le système « 25 ares » (+ 400 heures) que dans le système « 70 ares » (+ 300 heures). Le système « 70 ares » n´est pas le plus performant en temps de travail dans la stratégie « délégation maximale », car la fenaison est faite par l´éleveur.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière