Aller au contenu principal
Font Size

Elevage bovin/Mécanisation
Pâturage et délégation pour réduire les coûts

Une étude bretonne sur les coûts de production montre qu´un système pâturant ou une stratégie de délégation des travaux font gagner de l´argent et du temps à l´éleveur.


Adhérer à une Cuma plutôt que posséder son propre matériel et déléguer ses travaux plutôt que de les réaliser soi-même permettent de se libérer du temps et d´économiser de l´argent. Et plus un système est pâturant, plus il est plus économe en mécanisation. Ce sont les conclusions d´une étude initiée par les EDE-Chambres d´agriculture de Bretagne (en partenariat avec la FRCuma et l´Institut de l´élevage), sur la maîtrise des charges. La simulation compare deux stratégies « mécanisation individuelle » et « délégation maximale », dans quatre systèmes de production : 25, 35, 45 et 70 ares de pâturage par vache laitière (exploitation de 50 ha de SAU, 260 000 l de quota, 7500 kg de lait, 700 kg concentré par vache laitière). La « délégation maximale » revient 4000 à 5000 euros de moins (entretien du matériel, carburant, amortissement, temps de travail) que la stratégie « mécanisation individuelle », et prend 300 à 400 heures de moins par an, soit 6 à 8 heures par hectare (travail aux champs, déplacements, attelage, dételage et réglage, entretien, utilisation pour l´élevage).
©D. Lucas


Plus le système est pâturant, plus le coût de mécanisation diminue, notamment pour le travail du sol (moins de cultures annuelles) et l´épandage de fumier-lisier (moins de déjections à épandre car moindre présence des animaux en bâtiments). Le coût des récoltes et transports est semblable entre les systèmes « 25 ares » et « 70 ares » : coparée au maïs ensilage, l´herbe coûte moins cher à récolter à l´hectare, mais comme on multiplie les activités de récolte, au final la charge est équivalente.

Le système pâturant justifie la délégation
Le système le plus pâturant justifie le plus la délégation, avec une économie de 5000 euros par rapport à la stratégie « mécanisation individuelle » (économie de 4000 euros en système « 25 ares »). « En effet, une forte puissance de traction pour les travaux liés aux cultures est plus pesante financièrement dans un système qui ne la justifie pas », explique André Queffelec, de la Chambre d´agriculture du Finistère. Inversement, le gain de temps est plus marqué dans le système « 25 ares » (+ 400 heures) que dans le système « 70 ares » (+ 300 heures). Le système « 70 ares » n´est pas le plus performant en temps de travail dans la stratégie « délégation maximale », car la fenaison est faite par l´éleveur.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière