Aller au contenu principal
Font Size

Pas d’embellie en vue sur les marchés avant mi 2016

Le prix moyen du lait 2015 est estimé à 310 euros pour 1000 litres. Le niveau de prix 2016 reste la grande inconnue alors que la collecte progresse toujours dans l’UE.

Les négociations commerciales avec la grande distribution ont démarré fin 2015 et s’annoncent tendues. « Elles s’ouvrent sur des demandes de baisse de tarifs de 4 à 8% par rapport à l’année passée » affirme la FNCL dans un communiqué du 14 décembre. Les distributeurs estimeraient avoir « surpayé » le lait en 2015 et affirment que les produits français sont plus chers que ceux de nos voisins. Si les engagements du 24 juillet ne sont pas prolongés en 2016 et étendus à l'ensemble des produits, comme l'a recommandé le médiateur, 2016 s'annonce difficile. Sur la restauration hors foyer, aucune avancée n’a été obtenue. Même pire, des parts de marché ont été perdues au profit de nos voisins européens. Pour l'emmental par exemple, l'écart de prix peut atteindre un euro/kg entre un fromage français et allemand.

Le déséquilibre persiste sur le marché mondial

Après une brève remontée en septembre et octobre à la faveur du creux de collecte des pays du Nord de l’Europe, les cours des produits industriels sont de nouveau à la baisse depuis plusieurs semaines, alors que la collecte est toujours en hausse. La poudre de lait écrémé est à parité avec le prix de l’intervention. Le beurre se tient un peu mieux parce que la demande est encore là et que les stocks ne sont pas énormes.

Le phénomène El Nino est de grande ampleur cette année, mais il n'impacte pas la production pour le moment. "En Nouvelle-Zélande la baisse de collecte a été de 2,7% seulement en octobre, ce n’est pas suffisant pour impacter les marchés sur le long terme".

Pour l'instant, personne ne se risque à donner une date pour la réouverture des frontières russes. Du coté de la Chine, les importations sont revenues au niveau de 2013 après les importantes spéculations de 2014. D’après les experts de l'observatoire européen des marchés, les importations chinoises de poudres de lait écrémé et grasses devraient augmenter de 3,5% par an, une fois que les stocks actuels auront été absorbés.

"Sans changements, la poudre de lait écrémé va rester à ce niveau de prix pour les prochains mois. L’augmentation de la collecte pourrait être record jusqu’à fin mars, comparée aux derniers mois sous quotas laitiers en 2015" avance Gérard Calbrix d'Atla. Les cours des poudres pourraient rester au niveau de l’intervention jusque fin mai.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière