Aller au contenu principal
Font Size

Désherbage du maïs
Pas d´échecs retentissants après l´interdiction de l´atrazine

Un coût du désherbage du maïs sensiblement plus élevé, mais des résultats globalement corrects. Tel est le bilan tiré après deux années d´interdiction de l´utilisation de l´atrazine.


« Pour l´heure, les conséquences liées au retrait de l´atrazine sont plus d´ordre économique que technique, estime Thierry Juszczak, de la chambre d´agriculture de la Meuse. En 2002, avant l´interdiction de l´utilisation de l´atrazine, le coût du désherbage sur le département s´élevait en moyenne à 50 euros par hectare. Sur la dernière campagne, il a atteint 69 euros, et représente désormais 20 % des charges opérationnelles de cette cultures. » De son côté, Arvalis évoque une augmentation des coûts de désherbage de l´ordre de 15 euros par hectare. « Il s´agit là d´une estimation réalisée à partir de la progression du chiffre d´affaires des firmes phytosanitaires », indique Bertrand Carpentier, d´Arvalis-Institut du végétal. Dans le Finistère, l´augmentation apparaît plus sensible, affichant 20 euros supplémentaires par traitement. Pour les techniciens, cette hausse s´explique tout d´abord par une augmentation des doses apportées. « Les éleveurs recherchent la sécurité, ils ne lésinent pas sur les quantités », constate Thierry Juszczak.
Le manque de rémanence des désherbants de post-levée est aussi en cause. « Cela contraint à multiplier les passages en cas de levées échelonnées, note René Diverrès, de la chambre d´agriculture du Finistère. D´autre part, les « trous » de certains herbicides nécessitent aussi d´associer différentes molécules pour venir à bout des adventices rebelles. »
Le spectre de deux herbicides associés ne correspond pas toujours à l´addition des spectres des deux produits utilisés individuellement. ©S. Roupnel

Traiter avec le bon produit au bon moment
Certes, le coût du désherbage a augmenté, mais l´efficacité du désherbage est-elle au rendez-vous ? « Globalement, elle l´est, répond en substance Bertrand Carpentier, en rappelant que les deux dernières campagnes ont été assez favorables au désherbage. Toutefois, il est indéniable qu´à la récolte, les parcelles sont plus sales qu´il y a trois ans. » Sur ce point, les mentalités évoluent. Aujourd´hui, les éleveurs admettent plus facilement un salissement des parcelles en fin de cycle de la culture ; ils apprennent aussi à gérer les adventices à l´échelle de la rotation.
Côté flore, l´évolution redoutée avec l´absence d´atrazine ne s´est pas faite attendre. « En dehors des chénopodes et morelles, on observe tout un cortège de mauvaises herbes que l´on ne voyait pas auparavant, relève René Diverrès. Les mercuriales, véroniques, renouées des oiseaux, renouées liseron et persicaires, mourons, séneçons, capselles, matricaires, gaillets et autres fumeterres sont bien présents. »

L´année 2005 semble cependant marquer une pause dans la diversification. La diversité de la flore est la même qu´en 2004, mais avec une densité de population plus faible. Une constatation, certainement liée aux conditions sèches de l´année.
« Face à cette nouvelle flore, nous disposons de solutions chimiques pour la quasi-totalité des cas, souligne Bertrand Carpentier. Mais encore faut-il parvenir à bien identifier les adventices, et à les traiter avec le bon produit au bon moment. » Sur la dernière campagne, les échecs de traitement ont surtout concerné les stratégies de post-levée. Notamment si l´éleveur s´est limité à un seul passage, ou s´il est intervenu trop tard par rapport au stade des plantules. « Sur les mercuriales et renouées par exemple, il est impératif d´agir au stade 2-4 feuilles », rappellent les techniciens. D´où la nécessité d´une reconnaissance précoce des adventices. Autre erreur rencontrée : l´impasse d´un passage en post-levée si le traitement de pré-levée a bien fonctionné.

Sur le terrain, la stratégie la plus sécurisante, alliant un traitement de pré et post-levée, a la côte. « En 2005, elle a concerné la moitié des parcelles en maïs du département », précise Thierry Juszczak. Le « tout en pré-levée », par contre, semble perdre du terrain, représentant seulement 13 % des surfaces traitées. Selon une autre enquête réalisée par Arvalis, un hectare de maïs sur deux ne recevrait qu´un seul traitement herbicide.
En savoir plus
Les chambres d´agriculture de Bretagne, en collaboration avec Arvalis-Institut du végétal, viennent de publier un guide sur le désherbage du maïs. Bien conçu et riche en informations, il présente un panel de solutions et de conseils pratiques.
Tél. 02 98 52 49 11.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière