Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pas de génotypage pour les croisées

La question de l'évaluation génétique des croisées devrait commencer à être traitée dans le cadre du programme européen GenTore.
© F. Mechekour

Effet d’hétérosis, complémentarité entre les races, attrait pour les vaches type kiwi de Nouvelle-Zélande particulièrement adaptées aux systèmes herbagers… le croisement laitier fait de plus en plus d’émules en France tout en restant encore très minoritaire (5,4 % des inséminations premières (IAP) en 2016), constate Pascale Le Mézec de l’Institut de l’élevage. De son côté, le génotypage des femelles connaît un véritable boom, porté il est vrai par une baisse de son prix (environ 40 euros). « Plus de 350 000 femelles ont été génotypées à la demande des éleveurs entre 2011 et 2016, dont 87 700 femelles rien que pour 2016 », souligne Pascale Le Mézec.

La connaissance précoce du potentiel génétique des animaux (36 index), avec la même précision que pour les taureaux, permet d’optimiser le renouvellement et les accouplements : choix des taureaux, détection de nouvelles souches, utilisation de semences sexées, croisement avec un taureau de race allaitante… De nombreux atouts dont les croisées laitières ne peuvent malheureusement bénéficier faute de population de référence (taureaux et femelles pour certaines races). Cette population est en effet indispensable pour évaluer le potentiel génétique des animaux.

Les Néozélandais génotypent leurs kiwis

« Les Néozélandais génotypent leurs kiwis (croisement Holstein x Jersiaise) parce qu’ils ont une population de référence suffisante pour le faire. En France, les croisées n’ont pas d’OS qui fédère leurs éleveurs et qui les défend. Elles sont diverses et variées dans leur composition raciale, minoritaires et dispersées dans de nombreux élevages. Ce n’est donc pas facile de mettre en place une évaluation génétique. Mais la demande des éleveurs et de certains de leurs organismes se fait plus pressante, et la question est entendue. Reste à savoir quelle réponse elle trouvera dans le nouveau dispositif zootechnique européen", explique Pascale Le Mézec. "La question devrait commencer à être traitée dans le cadre d’un programme européen que nous démarrons (GenTore), mais nous ne pouvons pas à ce jour donner de garantie de résultat", précise Sophie Mattalia de l’Institut de l’élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

La salle de traite du Gaec de Mont de Mangue est équipé d’un plancher mobile et de griffes légères. Les seaux des lavettes essorées sont suspendus à des chaînes réglables. © MSA Ain-Rhône
Huit points pour un meilleur confort de traite
Les troubles musculo-squelettiques, dus à des mauvaises postures, sont fréquents chez les trayeurs. Améliorer le confort de…
camion de collecte Biolait
Le prix du lait Biolait à 470,59 €/1000 l sur 2019
Avec le retour sur résultat de Biolait, le prix du lait 2019 moyen perçu par les éleveurs adhérents atteint 470,59 €/1000 l…
La Villarde fera son show au Salon international de l’agriculture
SIA : six vaches et six génisses de race Villard-de-Lans seront présentes au Salon international de l’agriculture cette année.…
Selon les années, 5 000 à 10 000 corneilles noires, pies bavardes et corbeaux freux sont capturés en Loire-Atlantique. Ce type d’opération est mené sur différents départements. © Polleniz
La lutte collective contre les corneilles noires a fait ses preuves
Dans différents départements, des opérations concertées de piégeage de corneilles noires permettent de maintenir les populations…
Améliorer la qualité du colostrum profitera aux éleveurs avec un bénéfice pour les veaux et les vaches. La vente de colostrum n'étant que la cerise sur le gâteau. © A. Conté
La Prospérité étend sa collecte de colostrum en Normandie
Doubler les volumes et améliorer la qualité du colostrum collecté sont les deux objectifs de la coopérative des Hauts-de-France.
 © Sunlait
Le prix Sunlait à 340,28 € sur le 1er trimestre 2020

Le transformateur laitier Savencia et l'association d'organisations de producteurs Sunlait ont négocié…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière