Aller au contenu principal
Font Size

Ouvrons les bâtiments

Un bon parasol en été, fermé sans excès en hiver… les recommandations de ventilation actuelles sont dépassées par l’évolution du climat, l’agrandissement des troupeaux, le recul du pâturage…

Pourquoi se préoccuper de l’ambiance dans les bâtiments ? Et en particulier de la ventilation, température et de l’humidité ? Parce qu’une vache en situation d’inconfort rime avec baisse de production laitière, risques de boiteries, mammites, problèmes de fertilité… et au final avec pertes économiques. Dans le domaine du bien-être, un seul grain de sable peut gripper la machine. Des efforts pour assurer aux vaches un bon accès à l’auge et aux abreuvoirs, du confort de couchage, l’absence de courants parasites… peuvent être annihilés si le bâtiment ne respire pas assez.

Or, le contexte change et avec lui les préconisations. L’agrandissement des troupeaux s’accompagne de constructions de bâtiments de plus en plus larges et donc difficiles à ventiler correctement. Les animaux sortent de moins en moins, voire plus du tout. Et en été, la température dans les stabulations peut très vite dépasser le seuil d’inconfort pour les vaches qui est atteint dès 24 à 25 °C quand le taux d’humidité est élevé. Ajoutons à cela l’impact du changement climatique avec des hivers plus doux et des étés plus chauds…. autant dire que les recommandations de ventilation actuelles ne sont plus d’actualité. Elles vont d’ailleurs être entièrement remises à plat par l’Institut de l’élevage dans les prochains mois. Ouvrir le plus possible, même en hiver, de façon adaptée à chaque situation, tel est le message aujourd’hui, d’autant que les vaches ne craignent pas le froid. Les ouvertures modulables apportent des solutions en phase avec la nouvelle donne. Certains éleveurs n’hésitent pas à casser des bardages fixes comme l’illustrent nos reportages à la SCEA du Vieux Manoir dans les Côtes-d’Armor et au Gaec du Prieuré dans la Loire. Le Gaec de l’Alliance, en Moselle, a investi dans un bâtiment modulaire, plus bas qu’une "cathédrale classique" et dont les aires d’exercice sont partiellement découvertes. Le Gaec Émergence, pourtant situé dans l’Orne en Normandie, a poussé le concept encore plus loin en construisant une stabulation ouverte sur toutes ses façades. L’EARL Joubreil, en Ille-et-Vilaine, a joué la carte du bâtiment tunnel avec sa station météo automatisée. Plus d’ouvertures rime également avec bâtiments souvent plus économes.

« Faites respirer vos bâtiments »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière