Aller au contenu principal

Ouverture des candidatures au Prix national pour l’agrobiodiversité animale 2021

Depuis 2012, le Prix national de la Fondation du patrimoine pour l’agrobiodiversité animale récompense des éleveurs et des associations engagés pour la préservation de la biodiversité agricole française.  

© Ceva santé animale - Fondation du patrimoine

Pour soutenir leur engagement, la Fondation du patrimoine et Ceva Santé Animale, accompagnés d’un mécène privé, ont créé en 2012 le Prix national pour l’agrobiodiversité animale « Aujourd’hui, deux races locales françaises sur trois sont menacées d’extinction », exposent les organisateurs du concours.

Depuis 2013 (date de la première remise des prix), 25 lauréats ont été mis à l’honneur (liste des lauréats des précédentes éditions en cliquant ICI.

Parmi les projets primés en races bovines, notez celui de Maëve et Stéphane Terlet avec la race Froment du Léon, de Christophe Guénon pour son troupeau de vaches bordelaises mais aussi celui de l’association « Pas Bête la fête » pour l’organisation de la fête de la vache nantaise et des races locales.

Chaque année, pour désigner les trois lauréats, le jury s’appuie sur trois critères majeurs : la valeur économique du projet, son impact social ou environnemental sur un territoire, les actions de sensibilisation et de communication autour d’une race à préserver.

Vous avez jusqu’au 31 décembre 2020 pour déposer votre dossier de candidature. Ce dernier est disponible sur le site internet de la Fondation du patrimoine.

La dotation totale est de 20 000 euros dont 10 000 euros pour le premier prix ; 6000 euros pour le second prix et 4000 euros pour le troisième prix.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière