Aller au contenu principal

Ouverture des candidatures au Prix national pour l’agrobiodiversité animale 2021

Depuis 2012, le Prix national de la Fondation du patrimoine pour l’agrobiodiversité animale récompense des éleveurs et des associations engagés pour la préservation de la biodiversité agricole française.  

© Ceva santé animale - Fondation du patrimoine

Pour soutenir leur engagement, la Fondation du patrimoine et Ceva Santé Animale, accompagnés d’un mécène privé, ont créé en 2012 le Prix national pour l’agrobiodiversité animale « Aujourd’hui, deux races locales françaises sur trois sont menacées d’extinction », exposent les organisateurs du concours.

Depuis 2013 (date de la première remise des prix), 25 lauréats ont été mis à l’honneur (liste des lauréats des précédentes éditions en cliquant ICI.

Parmi les projets primés en races bovines, notez celui de Maëve et Stéphane Terlet avec la race Froment du Léon, de Christophe Guénon pour son troupeau de vaches bordelaises mais aussi celui de l’association « Pas Bête la fête » pour l’organisation de la fête de la vache nantaise et des races locales.

Chaque année, pour désigner les trois lauréats, le jury s’appuie sur trois critères majeurs : la valeur économique du projet, son impact social ou environnemental sur un territoire, les actions de sensibilisation et de communication autour d’une race à préserver.

Vous avez jusqu’au 31 décembre 2020 pour déposer votre dossier de candidature. Ce dernier est disponible sur le site internet de la Fondation du patrimoine.

La dotation totale est de 20 000 euros dont 10 000 euros pour le premier prix ; 6000 euros pour le second prix et 4000 euros pour le troisième prix.

 

 

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière