Aller au contenu principal

Ouest Élevage mise sur le colostrum

Dans le Grand Ouest, Ouest Élevage, filiale de Laïta, achète et valorise le colostrum excédentaire de première traite. Une filière très technique dédiée à un marché porteur.

« Le colostrum non consommé par le veau est souvent jeté. Mais il peut être valorisé avec, à la clé pour l’éleveur, un complément de rémunération, explique Guillaume Haelewyn, coordinateur Développement de la collecte de colostrum chez Laïta. Ouest Élevage collecte et transforme du colostrum depuis 2002. Mais l’entreprise souhaite intensifier cette activité. « La demande sur les produits à base de colostrum est forte. Et nous travaillons en partenariat avec un institut de recherche belge en pointe dans ce domaine pour élaborer de nouveaux produits destinés à la nutrition des jeunes mammifères. »

Près de 100 000 litres de colostrum ont été collectés en 2014, dans 750 élevages. « L’objectif à horizon cinq ans est de doubler ce volume. » « Nous collectons du colostrum de première traite, rémunéré en fonction de sa teneur en anticorps. » La rémunération se fait à partir de 31 g/l d’anticorps. Un colostrum à 50 g/l d’anticorps est payé 0,50 €/l et  2,05 €/l pour 100 g/l d’anticorps. « En 2014, la valeur moyenne du colostrum collecté était de 72 g d’anticorps par litre, avec un prix payé d’1,35 €/litre. »

« Outre le complément financier qu’elle peut apporter, la vente de colostrum est souvent l’occasion pour les éleveurs de rationnaliser la gestion et la distribution du colostrum. » Les éleveurs ont un retour sur les caractéristiques des colostrums qu’ils ont livrés trois fois dans l’année. « Mais souvent, les producteurs qui rejoignent la filière se mettent à peser leurs colostrums, ce qui leur permet de mieux en connaitre les valeurs, avec des effets positifs attendus sur la protection des veaux. » Un éleveur qui évalue la valeur des colostrums en routine est, par exemple, plus à même de se constituer une banque performante en congelant les excédents des produits les plus riches. À l’inverse, des colostrums régulièrement pauvres en anticorps peuvent amener l’éleveur à s’interroger sur les facteurs qui pourraient pénaliser la qualité du colostrum (conduite antiparasitaire, durée ou alimentation au tarissement…) pour essayer d’améliorer les choses.

Le colostrum est collecté congelé. Ouest Élevage fournit aux éleveurs des bidons de 10 litres sur lesquels ils apposent le code barre de leur élevage, de façon à assurer la traçabilité. Remplis au fur et à mesure des vêlages, les bidons sont généralement récupérés par le laitier lors de sa tournée. Depuis septembre dernier, un nouveau circuit de collecte, via un transporteur local, a été créé pour permettre à tous les éleveurs qui le souhaitent de vendre leurs excédents de colostrum de première traite. Pour l’instant limitée au département du Finistère, cette nouvelle possibilité de collecte pourrait s’étendre par la suite.

Les élevages livrant du colostrum doivent être indemnes d’IBR. Les colostrums d’aspect anormal, avec des traces de sang ou de vaches mammiteuses ne sont pas collectés. Réceptionnés à Ploudaniel (29) sur le site de Ouest Élevage, les bidons collectés sont pesés puis envoyés dans une usine dédiée en Belgique que le groupe a créée avec son partenaire belge. Après avoir été standardisé à 70 g d’anticorps par litre, le colostrum y est séché pour être valorisé dans des colostro-suppléments ou comme matière première vendue à d’autres industriels qui commercialisent ce type de produits mais ne disposent pas de colostrum ou de la logistique et de la technologie nécessaires pour le valoriser.

L’objectif est de doubler la collecte d’ici cinq ans

« Le colostrum nous a rapporté 1200 euros »

Avec 130 vêlages de vaches Pie Rouge des plaines et Prim’Holstein, le Gaec du Heun a vendu l'an dernier 640 litres de colostrum à 93 g d’anticorps par litre. « Nous en avons retiré 1200 euros, sans travail supplémentaire, explique l’associée en charge des veaux. Je garde systématiquement 2,5 à 3 litres de colostrum de première traite pour le veau et, avant de vendre l’excédent, je le jetais. Depuis que nous vendons du colostrum, je l’analyse au pèse-colostrum. Je me rends compte que les quantités produites et les teneurs en anticorps peuvent être très variables d’une vache à l’autre, sans forcément de lien avec l’aspect visuel. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière