Aller au contenu principal

Obligation de traiter à basse densité contre les campagnols

La quantité maximale 
d’appâts 
est limitée 
à 7,5 kg/ha 
au lieu de 
20 kg/ha.
La quantité maximale
d’appâts
est limitée
à 7,5 kg/ha
au lieu de
20 kg/ha.
© B. Griffoul

L’arrêté publié au Journal officiel le 4 juin 2014 introduit des changements majeurs
dans la conduite de la lutte chimique contre les campagnols, selon Corinne Martins, directrice de la Fredon Auvergne : « Il faudra traiter beaucoup plus tôt et aller chercher vraiment la tâche du campagnol pour la traiter ».
Si la surveillance collective, sous la responsabilité de l’organisme à vocation sanitaire (OVS) est maintenue, avant de traiter une parcelle avec des appâts à base de bromadiolone l’agriculteur devra faire lui-même un comptage selon la méthode de la plus grande diagonale et pouvoir en justifier. Le traitement n’est désormais autorisé que sur les parcelles où la densité d’indices de présence des campagnols est inférieure à 33 %, au lieu de 50 % précédemment. De plus, la quantité maximale d’appâts à l’hectare est limitée à 7,5 kilos au lieu de 20 kilos.
Le traitement, qu’il soit fait à la canne-sonde ou à la charrue sous-soleuse, doit se limiter aux zones infestées.


Les agriculteurs pourront signer des contrats de lutte


Le suivi des traitements (enfouissement correct des appâts, élimination des cadavres, constat d’éventuels effets sur la faune) est également renforcé. La maîtrise des pullulations de campagnols est plus que jamais fondée sur le triptyque : surveillance, prévention
(pratiques agricoles, gestion du paysage pour attirer les prédateurs…) et lutte chimique précoce. Des mesures sont également prévues pour favoriser la lutte collective. Les agriculteurs pourront conclure avec l’OVS un contrat de lutte pluriannuel visant à établir un diagnostic, mettre en place un plan de prévention et de lutte et assurer un accompagnement technique. À l’échelle de chaque région, les modalités seront formalisées dans un plan d’action régional établi par l’OVS. Le préfet pourra s’appuyer sur ce plan pour décider de rendre obligatoire la lutte afin d’en renforcer la dimension collective. Tout comme il pourra l’interdire, si des risques d’impact sur la faune sauvage non cible sont établis.
L’arrêté étend par ailleurs les conditions de lutte à deux autres espèces (campagnols des champs, campagnol provençal) ainsi qu’au campagnol souterrain et au mulot sylvestre s’ils sont mélangés avec l’une des trois premières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Une action de relevé de prix en supermarché. L'objectif est de faire passer des hausses de prix des produits laitiers et qu'elles soient répercutées aux producteurs.
Prix du lait : Les éleveurs français s'impatientent
Avec 428,5 €/1000 l pour Lactalis de prix de base en 38/32 sur juin-juillet-août en moyenne nationale et environ 415 € de prix…
Les betteraves fourragères sont majoritairement mélangées à de la paille, du foin ou de l’ensilage de maïs.
Les éleveurs laitiers sont de plus en plus séduits par la betterave fourragère
La betterave fourragère assure une sécurité alimentaire à l’élevage, tant en volume qu’en valeur nutritionnelle. Quelle que soit…
Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreux chantiers de récoltes de maïs commenceront avant le 15 août.
Les récoltes de maïs fourrage ont déjà commencé
Les premiers chantiers d’ensilage de maïs fourrage ont déjà débuté.
Stéphane Luet, éleveur dans le Maine-et-Loire. " Depuis début juillet, les laitières sont passées à 100 % en ration hivernale. Les génisses et les vaches taries ont commencé à être complémentées depuis mi- juin, soit trois semaines plus tôt que d'habitude."
« Je m’attends à un hiver compliqué pour produire du lait »
Installé à Noyant la Gravoyère dans le Maine-et-Loire sur un élevage de 75 Prim'Holstein à 8500 litres, Stéphane Luet n'avait…
En aménageant une ancienne grange en escape game, Romain Soucaze entend attirer un nouveau public sur sa ferme où il vend du lait cru et du beurre.
Un escape game à la ferme
Enfermés dans une ancienne grange, les visiteurs de la ferme « Chez Sancet » découvriront au fil des énigmes la tradition…
La FNPL promet des manifestations si le prix du lait n’augmente pas à la rentrée
Le syndicat met la pression sur les distributeurs : si le prix de la brique de lait n’augmente pas d’ici le 1er
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière