Aller au contenu principal

Obligation de traiter à basse densité contre les campagnols

La quantité maximale 
d’appâts 
est limitée 
à 7,5 kg/ha 
au lieu de 
20 kg/ha.
La quantité maximale
d’appâts
est limitée
à 7,5 kg/ha
au lieu de
20 kg/ha.
© B. Griffoul

L’arrêté publié au Journal officiel le 4 juin 2014 introduit des changements majeurs
dans la conduite de la lutte chimique contre les campagnols, selon Corinne Martins, directrice de la Fredon Auvergne : « Il faudra traiter beaucoup plus tôt et aller chercher vraiment la tâche du campagnol pour la traiter ».
Si la surveillance collective, sous la responsabilité de l’organisme à vocation sanitaire (OVS) est maintenue, avant de traiter une parcelle avec des appâts à base de bromadiolone l’agriculteur devra faire lui-même un comptage selon la méthode de la plus grande diagonale et pouvoir en justifier. Le traitement n’est désormais autorisé que sur les parcelles où la densité d’indices de présence des campagnols est inférieure à 33 %, au lieu de 50 % précédemment. De plus, la quantité maximale d’appâts à l’hectare est limitée à 7,5 kilos au lieu de 20 kilos.
Le traitement, qu’il soit fait à la canne-sonde ou à la charrue sous-soleuse, doit se limiter aux zones infestées.


Les agriculteurs pourront signer des contrats de lutte


Le suivi des traitements (enfouissement correct des appâts, élimination des cadavres, constat d’éventuels effets sur la faune) est également renforcé. La maîtrise des pullulations de campagnols est plus que jamais fondée sur le triptyque : surveillance, prévention
(pratiques agricoles, gestion du paysage pour attirer les prédateurs…) et lutte chimique précoce. Des mesures sont également prévues pour favoriser la lutte collective. Les agriculteurs pourront conclure avec l’OVS un contrat de lutte pluriannuel visant à établir un diagnostic, mettre en place un plan de prévention et de lutte et assurer un accompagnement technique. À l’échelle de chaque région, les modalités seront formalisées dans un plan d’action régional établi par l’OVS. Le préfet pourra s’appuyer sur ce plan pour décider de rendre obligatoire la lutte afin d’en renforcer la dimension collective. Tout comme il pourra l’interdire, si des risques d’impact sur la faune sauvage non cible sont établis.
L’arrêté étend par ailleurs les conditions de lutte à deux autres espèces (campagnols des champs, campagnol provençal) ainsi qu’au campagnol souterrain et au mulot sylvestre s’ils sont mélangés avec l’une des trois premières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière