Aller au contenu principal
Font Size

Nouvelle donne pour les AOP Normandes

À seulement deux mois d’intervalle, Graindorge tombe dans le giron de Lactalis, et la fromagerie Réaux est rachetée par Maîtres Laitiers du Cotentin.

Les récentes restructurations industrielles favorisent la recherche constructive d'une solution au problème identitaire du camembert.
© B. Nicolas/Inra

Les lignes bougent dans le monde des AOP normandes. Fin juillet, la fromagerie Réaux (Manche), l’un des derniers fabricants indépendants de camemberts AOP au lait cru, a été repris par le groupe coopératif normand Maîtres Laitiers du Cotentin. Par cette acquisition, Maîtres laitiers du Cotentin, qui produit déjà du beurre et la crème d’Isigny AOP, devient également un acteur dans les fromages sous appellation. La fromagerie Réaux collecte 22 millions de litres auprès d’une quarantaine de producteurs, dont la moitié est transformée en camemberts AOP au lait cru, commercialisés sous la marque Réo.

Cette acquisition intervient deux mois seulement après le rachat par Lactalis de l’entreprise familiale Graindorge, spécialisée dans les fromages AOP (pont-l’évêque, livarot, camembert et neufchâtel). Cette PME, créée en 1910, collecte 48 millions de litres auprès de 120 producteurs. A priori, Lactalis reprend les trois sites de production, et le contrat-cadre, signé le 14 mars avec l’OP reste maintenu pour cinq ans.

« Nous devons aboutir à un concensus sur le camembert »

Ce rachat rebat les cartes dans la filière camembert, où la bataille d’étiquetage oppose depuis près de dix ans le « camembert de Normandie » et le « camembert fabriqué en Normandie ». Le premier (5 000 t/an) est un fromage AOP, à base de lait cru provenant de troupeaux à 50 % en race normande (en 2017), qui pâturent six mois minimum. Le second est un camembert industriel produit dans une usine normande à partir de lait pasteurisé ou microfiltré. « La confusion règne entre les deux dénominations, et ce n’est plus tenable dans le temps pour un produit aussi emblématique que le camembert, affirme Jean-Luc Dairien, directeur de l’Inao. Il faut trouver une solution pour sortir de cette situation inconfortable en répondant à la fois à un objectif de mise en conformité réglementaire et de respect des enjeux économiques. » L’Inao a rassemblé tous les acteurs de la filière en mai et juin dernier. D’autres réunions vont suivre en septembre et décembre. « Nous voulons aboutir d’ici la fin de l’année à une piste concensuelle et bâtir le schéma définitif au premier semestre 2017, poursuit-il. L’une des pistes est la création pour le camembert industriel d’une IGP, indication géographique protégée. Mais dans ce cas, AOP et IGP porteront-elles le même nom ? Si non, par quoi remplacer le mot Normandie sur l’étiquette ? Différentes propositions sont à l’étude. « Je suis raisonnablement optimiste, lâche Jean-Luc Dairien. La réduction du nombre d’interlocuteurs simplifie la donne, et Lactalis, désormais leader sur les AOP livarot, pont-l’évêque, et camembert a plus que jamais intérêt à aboutir à un concensus. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière