Aller au contenu principal

La contractualisation par Lactalis
"Nous sommes très hostiles au double prix"

Luc Morelon, de Lactalis, explique pourquoi le groupe est contre le principe de double volume-double prix, proposé par la FNCL dans le cadre de la contractualisation.

«Difficile de donner une position sur la contractualisation, vu qu’aucun cadre n’a encore été fixé.Toutefois, une chose est sûre, nous sommes très hostiles à un système de double volume-double prix, indique Luc Morelon, de Lactalis. On dit que les éleveurs pourront choisir de ne produire que le volume payé A (valorisation PGC), mais si certaines années c’est 80 % du quota, ça représente une grosse baisse de litrage pour un élevage. Donc en définitive, les producteurs n’auront pas vraiment d’autres choix que de produire du volume B (valorisation beurre poudre) certaines années. »

NON À LA GESTION MUTUALISÉE DES EXCÉDENTS

Selon Lactalis, ce système entraîne davantage à la baisse le prix du lait en cas de surproduction et de mauvaise valorisation des produits industriels, que le système actuel - un prix mutualisé avec une flexibilité additionnelle tenant compte des mix produits des entreprises. « La flexibilité ne répercute pas complètement la valorisation beurre poudre sur le prix du lait, alors que ce système, oui. » Autre souci, les entreprises moins engagées dans les produits industriels, qui payeront donc davantage de lait au prix A, subiront la concurrence des autres entreprises, notamment les voisines européennes. « Selon nous, ce système intéresse les entreprises fortement engagées dans les produits industriels. » Enfin, « la grande distribution va se baser sur le prix B ! » Lactalis se déclare également contre un transfert de propriété à des associations de producteurs et à une gestion mutualisée des excédents.

LES ENTREPRISES APTES À BIEN VALORISER LES EXCÉDENTS

« Dans ce cas de figure, c’est l’association qui achète le lait aux producteurs, et qui se charge de gérer les excédents. Nous répondons que la gestion des excédents est de la responsabilité des entreprises. Une association n’aura pas plus de force commerciale que les entreprises, par rapport à un concurrent comme Fonterra (grosse coopérative de Nouvelle-Zélande, principal exportateur mondial de produits industriels). Les entreprises comme Lactalis ont un savoir-faire en termes de valorisation des excédents. Nos relations commerciales se sont bâties sur le long terme. Nous répondons à des cahiers des charges, avec des exigences qualité précises. Une association de producteurs n’aura pas ce savoir-faire et livrera majoritairement à l’intervention, qui valorise nettement moins les produits ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière