Aller au contenu principal
Font Size

« Nous ne fermons quasiment plus le filet brise-vent »

À la SCEA du Vieux Manoir dans les Côtes-d’Armor, les associés ont ouvert les longs pans, les portails et une partie du pignon Nord. À la clé, un bâtiment plus sec et une meilleure ambiance.

« Il y a quatre ans, lorsque nous avons accolé à la stabulation existante (84 logettes) un second bâtiment (68 logettes avec robot), l’ambiance dans le bâtiment s’est dégradée, dépeint Emmanuel Turban, l’un des sept associés de la SCEA du Vieux Manoir. En élargissant la construction d’origine, nous avons supprimé le flux d’air latéral qui existait auparavant, L’air circulait mal et ça sentait l’ammoniac. Nous avions aussi davantage de soucis de mammites et de problèmes de pattes. » Il fallait faire quelque chose. D’autant que l’agrandissement du troupeau avait signé l’arrêt du pâturage, et donc le maintien des 200 vaches en bâtiment toute l’année.

« Plus on ouvre, moins il y a de courant d’air »

Pour améliorer les conditions d’ambiance, les éleveurs y sont allés par étape. « Et à chaque étape, nous avons vu un mieux !, constate Emmanuel en souriant. Pour commencer, nous avons laissé ouvert le filet brise-vent sur toute la hauteur du long pan du côté de l’extension. Orienté Ouest, sous les vents dominants, nous avions tendance à le tenir fermé ou n’ouvrir que le tiers supérieur par crainte des courants d’air. Aujourd’hui, il est ouvert en permanence. Nous le fermons seulement une semaine par an, les jours de grands vents et fortes pluies. C’est un investissement dont nous aurions pu nous passer », considèrent avec le recul les exploitants qui pensent d’ailleurs le revendre prochainement. « Plutôt qu’investir d’emblée dans un filet, mieux vaut d’abord tester sans, quitte à s’équiper dans un second temps », estime Emmanuel.

Dans la foulée, sur les conseils de Philippe Arzul, vétérinaire, les associés ont procédé à d’autres ouvertures : le retrait du bardage en tôles perforées sur le long pan opposé (orienté Est) et l’ouverture permanente des deux portails électriques et des trois coulissants de chaque pignon. « Je craignais que ça se passe mal l’hiver, se remémore Jean-François Turban, le père d’Emmanuel. Quand on ouvrait un seul portail, un courant d’air glacial s’engouffrait dans le couloir d’alimentation central. Alors qu’est-ce que ça allait donner en ouvrant davantage ? Finalement, j’ai été agréablement surpris. Plus on ouvre, moins il y a de courant d’air. L’effet couloir a été supprimé et ça respire beaucoup mieux. Il fait plus froid qu’avant, mais on met un bonnet et une polaire en plus l’hiver, et comme on s’active dans le bâtiment, on se réchauffe vite. »

Un an plus tard, les tôles pleines du long pan Est ont également été retirées suite à l’ajout d’une aire paillée de 200 m2 sous auvent de ce côté-là du bâtiment. Et la dernière ouverture en date (quand ????) concerne le pignon nord, avec 15 m2 de tôle pleine retirés. Là encore, le bilan est positif.

47 000 euros de coût total

• 18 000 € de rideau brise-vent (50 m de long)

• 15 000 € pour 4 portails électriques

• 10 000 € pour 6 portails coulissants

• 4 000 € pour 240 m2 de bardage en tôles pleines et perforées

Les éleveurs auraient pu faire l’économie de différents équipements, désormais supprimés ou inutilisés.

« Il ne faut pas avoir peur d’ouvrir davantage »

« Quand le bâtiment de l’élevage était fermé, il restait humide et les matelas des logettes ne séchaient pas. Cela se traduisait par beaucoup de dermatites digitées et une situation mammites correcte mais instable. Il y avait des périodes avec des séries de mammites, sans que les éleveurs ne modifient leurs pratiques. Au fur et à mesure des ouvertures réalisées sur les longs pans et pignons, les matelas ont mieux séché. Il y a moins de mammites et le taux de cellules est régulièrement en dessous de 200 000.

Quand on construit du neuf, je recommande de ne pas installer de parois fixes. En Bretagne, le « tout ouvert » sur les quatre côtés, marche bien. Dans les régions craignant le gel, les bâtiments sont fermés mais mieux vaut prévoir des rideaux amovibles sur les longs pans. Et, pour les bâtiments existants, le plus simple est de supprimer les bardages à l’Est, au Nord, et au Sud-Est. Même côté Ouest c’est possible, si la façade donne sur le couloir d’alimentation. »

Philippe Arzul, vétérinaire chez Vitalac

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière