Aller au contenu principal
Font Size

« Nous mesurons la matière sèche des fourrages distribués en instantané »

Alessio Luppi, éleveur italien
© DR

« Nous avons une ferme de 300 vaches laitières qui produisent 37 litres de lait par jour dans le nord de l’Italie. La ration, à base de maïs ensilage, de purée de maïs entier et d’ensilage de luzerne, est distribuée avec une mélangeuse automotrice. Pour gagner en précision, nous avons équipé notre mélangeuse de 20 m3 il y a deux ans d’une technologie NIR (réflexion proche infrarouge) capable de mesurer en temps réel la matière sèche du fourrage distribué en instantané. Le système dgPrecision Feeding proposé par Dinamica Generale se constitue d’un indicateur de poids placé à l’intérieur de la mélangeuse automotrice et d’une unité optique montée sur le coupeur. Il est directement connecté à notre logiciel de gestion de l’alimentation. Cela nous permet d’ajuster la quantité des fourrages à charger et de maintenir la ration équilibrée, la proche possible des indications du nutritionniste. Cela réduit les variations d’une journée à l’autre. Concrètement, chez nous, cela a permis de réduire les quantités de refus et le gaspillage. Et donc d’être plus efficaces.

Nous avons été surpris par la variation de teneur en matière sèche des fourrages distribués d’un jour sur l’autre en particulier lors des périodes de fortes pluies, bien que la table d’alimentation soit couverte. La teneur en matière sèche peut varier entre 5 et 10 %, soit 2 kg de MS pour 20 kg MS d’ensilage de maïs distribué. Nous distribuons désormais une ration moins variable et la production de lait est plus régulière en quantité et qualité.

Réduire la variabilité de l’alimentation grâce à la correction en temps réel du poids à charger

Le coût de ce dispositif est élevé (22 000 €). Mais on peut mesurer concrètement et rapidement l’économie permise. Chez nous, en six mois, le système a été amorti. Nous avons enregistré une amélioration d’efficacité alimentaire qui a permis de gagner 4 centimes d’euros par kilo de lait produit.

La maintenance se limite au remplacement de la lampe une fois par an et du verre de lecture au cas où il casse. Pour obtenir une précision élevée et constante de mesures, à chaque ouverture d’un nouveau silo, nous vérifions les courbes de calibration. »

« Programmer avec précision les rations distribuées »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière