Aller au contenu principal

« Nous mesurons la matière sèche des fourrages distribués en instantané »

Alessio Luppi, éleveur italien
© DR

« Nous avons une ferme de 300 vaches laitières qui produisent 37 litres de lait par jour dans le nord de l’Italie. La ration, à base de maïs ensilage, de purée de maïs entier et d’ensilage de luzerne, est distribuée avec une mélangeuse automotrice. Pour gagner en précision, nous avons équipé notre mélangeuse de 20 m3 il y a deux ans d’une technologie NIR (réflexion proche infrarouge) capable de mesurer en temps réel la matière sèche du fourrage distribué en instantané. Le système dgPrecision Feeding proposé par Dinamica Generale se constitue d’un indicateur de poids placé à l’intérieur de la mélangeuse automotrice et d’une unité optique montée sur le coupeur. Il est directement connecté à notre logiciel de gestion de l’alimentation. Cela nous permet d’ajuster la quantité des fourrages à charger et de maintenir la ration équilibrée, la proche possible des indications du nutritionniste. Cela réduit les variations d’une journée à l’autre. Concrètement, chez nous, cela a permis de réduire les quantités de refus et le gaspillage. Et donc d’être plus efficaces.

Nous avons été surpris par la variation de teneur en matière sèche des fourrages distribués d’un jour sur l’autre en particulier lors des périodes de fortes pluies, bien que la table d’alimentation soit couverte. La teneur en matière sèche peut varier entre 5 et 10 %, soit 2 kg de MS pour 20 kg MS d’ensilage de maïs distribué. Nous distribuons désormais une ration moins variable et la production de lait est plus régulière en quantité et qualité.

Réduire la variabilité de l’alimentation grâce à la correction en temps réel du poids à charger

Le coût de ce dispositif est élevé (22 000 €). Mais on peut mesurer concrètement et rapidement l’économie permise. Chez nous, en six mois, le système a été amorti. Nous avons enregistré une amélioration d’efficacité alimentaire qui a permis de gagner 4 centimes d’euros par kilo de lait produit.

La maintenance se limite au remplacement de la lampe une fois par an et du verre de lecture au cas où il casse. Pour obtenir une précision élevée et constante de mesures, à chaque ouverture d’un nouveau silo, nous vérifions les courbes de calibration. »

« Programmer avec précision les rations distribuées »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière