Aller au contenu principal

« Nous investissons dans les technologies et le conseil »

ÉLEVAGE DE PRÉCISION. Valorisation des données du robot, outils de monitoring, appuis techniques… le Gaec Lacour joue à fond la carte du high-tech utile et rentable.

Gilles Chapron. "C'est un métier où il faut beaucoup travailler et ne pas avoir de trop mauvaises idées pour gagner en efficacité."
© F. Mechekour

Nous avons choisi le robot plutôt que le roto pour éviter les grosses pointes de travail. Avec un roto, les deux associés responsables de la traite risquaient de se trouver isolés des autres d’autant que les différents sites de notre Gaec sont assez éloignés », explique Gilles Chapron, responsable avec Jean-François Thébault du troupeau laitier. La faible disponibilité en prairies accessibles aux vaches (12 ares/vl au printemps) et « l’attrait pour les nouvelles technologies » ont aussi pesé dans la balance. Le Gaec a investi 235 000 euros pour deux stalles Lely A3, un pré-refroidisseur et un tank tampon de 200 litres en 2008. Le coût de fonctionnement des robots est évalué à 10 000 euros/an hors eau et électricité. Le bâtiment peut en accueillir un troisième. « Nous n’avons pas pris l’option DLM (logiciel de pilotage de l’apport de concentré) à cause de son prix. » Mais pas question pour autant de déraper sur les coûts alimentaires. Ces derniers ont d’ailleurs baissé de 110 euros/1 000 l en 2013-2014 à 85 euros/1 000 l en 2015-2016. Une performance que l’éleveur attribue notamment à un investissement important dans le conseil. « Nous sommes très bien entourés. Nous adhérerons notamment au Ceta 35 mais dans un groupe lait sans robot de traite pour pouvoir nous comparer avec des éleveurs ayant d’autres systèmes. Cela permet d’avancer plus vite. »

Suivi quotidien de la conductivité

L’adhésion à Eilyps est également une volonté forte des associés. « Le conseiller passe onze fois par an et on s’appelle si nécessaire pour faire le point sur les rations, la reproduction… Grâce à ses conseils, nous réajustons tous les mois les apports de concentrés au robot. Il nous a également convaincus il y a deux ans d’utiliser Cetodetect pour détecter le risque d’acétonémie sur certaines vaches. L’investissement de 400 euros par an (3,70 euros/vl/an) est vite rentabilisé. » Depuis, les apports de propylène glycol sont ciblés. « Nous le distribuons systématiquement au robot pendant les 20 premiers jours de lactation puis adaptons l’apport en fonction des résultats de Cetodetect. Avant on en consommait 1 400 litres par an contre 400 maintenant, soit 2 500 euros d’économisés. »

La gestion de la reproduction et du renouvellement du troupeau suit la même logique à savoir : valorisation des données du robot tous les matins, conseils d’Eilyps, suivi repro du vétérinaire, adhésion à Prim’Holstein France, investissement dans un détecteur de vêlage et de chaleurs, génotypage des génisses… "Je consulte tous les jours la conductivité sur le logiciel du robot pour détecter rapidement les vaches à cellules. » Au final, les retours sur investissements sont plutôt positifs. Mais avec un prix moyen du lait à 299 euros/1 000 l en 2015-2016, le manque à gagner s’élève à 64 000 euros par rapport à 2014-2015. Et pour la première fois depuis la création du Gaec, le produit issu de l’atelier volaille (663 838 euros) a dépassé celui du lait (508 788 euros)…

@ À SUIVRE sur lait.reussir.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière