Aller au contenu principal

« Nous gérons notre élevage au quotidien avec iCownect »

Le Gaec de la Mulonnière en Mayenne utilise l’application web iVache (ndlr : désormais baptisé iCownect) depuis moins d’un an. Fonctionnel et très intuitif, l’outil permet de réaliser les déclarations administratives et gérer le troupeau au quotidien.

iVache(1) est conçue par et pour les éleveurs. « C’est ce qui fait toute sa différence avec les logiciels de gestion de troupeau existants », avancent ses deux concepteurs, Vincent Guitton, éleveur dans le Maine-et-Loire et Régis Rupert, vétérinaire. Ils sont tous deux partis de leur quotidien pour créer un outil « qui permette de maîtriser les chiffres d’un élevage mais surtout d’être en mesure de valoriser ces données pour progresser ». Simple et pratique, iVache s’utilise directement sur internet. Cela nécessite donc de bénéficier d’un débit suffisant.« L’application peut tourner facilement dans les moins bonnes conditions de réception 3G, assure Régis Rupert. Pour l’instant, sur 115 clients, nous n’avons pas rencontré de difficulté sauf pour deux élevages chez lesquels internet ne passe pas. »
Téléchargées ou saisies une seule fois, toutes les données sont centralisées et sécurisées. Les sauvegardes et mises à jour se font automatiquement. « L’outil est suffisamment simple, pour être accessible aux éleveurs sans formation, affirme Régis Rupert. En une après-midi, nous leur donnons les clés pour naviguer seuls. » « La prise en main est facile et rapide même si on n’est pas branché ‘ordinateur’ comme moi, confirme François Rousseau, du Gaec de la Mulonnière à La Selle-Craonnaise en Mayenne. Et en cas de question, on peut envoyer un mail et pour l’instant, nos interlocuteurs sont très réactifs. »

« Ce qui nous a motivés dans iVache, c’est avant tout le prévisionnel de production qu’il permet d’établir, indiquent François et ses associés, Rémi et Sophie Ferron, à la tête d’un troupeau de 75 laitières. La prévision colle davantage à la réalité par rapport à celle que nous faisions avec notre contrôleur laitier. » Et pour cause, elle est réactualisée automatiquement tous les jours.

Finies les doubles saisies fastidieuses et sources d’erreurs

À chaque passage du laitier, les éleveurs rentrent les volumes de lait collectés et les quantités distribuées aux veaux. À partir de là, un algorithme de calcul estime la production à venir sur les douze prochains mois, en fonction de la situation du troupeau (vêlages, inséminations, lactations, renouvellement…) « En un clic, iVache estime quel volume sera produit si je sors 5 génisses pleines, si je garde 3 vaches de plus ou si j’augmente ma production de 500 litres par vache. »

Mais iVache, ce n’est pas que ça… C’est aussi un moyen d’enregistrer tous les mouvements d’animaux, les déclarations de naissance et toutes interventions sur le troupeau. Deux possibilités selon les données : certaines sont saisies par l’éleveur lui-même, d’autres sont importées directement via l’Arsoé et Edel, un service relié à l’EDE. C’est valable pour l’identification bovine, les résultats de performances laitières, les inséminations, les diagnostics de gestation, les pesées…
« Je n’ai qu’à synchroniser les données et toutes les infos viennent compléter les fiches individuelles de chaque vache. C’est un réel gain de temps. »

« Nous sommes plus précis et plus efficaces »

Chaque matin, François se connecte sur l’application, entre un mot de passe, et accède au planning de travail en page d’accueil (voir ci-dessus). « Avec son jeu de couleur, ce planning offre une lisibilité immédiate », apprécient les éleveurs. Il indique une liste d’alertes avec les événements attendus à la date du jour, sur le mois ou sur l’année. « En un coup d’oeil, on voit s’il y a un changement de lot à faire, un veau à sevrer, ou une chaleur à surveiller. » Chaque couleur correspond à un statut particulier de l’animal et donc à un événement à venir : tarissement, préparation au vêlage, vêlage, chaleur… « L’application nous aide à mieux planifier notre travail en anticipant davantage. Pour l’écornage par exemple, c’était souvent en voyant un cornillon que l’on se rendait compte qu’il était grand temps d’intervenir… Maintenant, on a un pense-bête. On est sûr de ne rien oublier. Ça libère la tête ! » Si une intervention n’est pas faite le jour J, elle se reporte automatiquement le ou les jours suivants. Les éleveurs sont convaincus d’assurer un meilleur suivi du troupeau grâce à iVache. « Notre façon de manager le troupeau a évolué. Nous sommes plus dans les temps pour faire les choses. Notamment pour les changements de lots en vue de la préparation au vêlage des primipares. Avant, pour savoir quand rapatrier les amouillantes, il fallait regarder leurs dates de mise à la repro dans les classeurs, ou on estimait à l’oeil de façon plus ou moins approximative… Maintenant, cette date se calcule automatiquement et s’affiche sur le calendrier. »

iVache2

Disposer d’une information complète vache par vache

Autre fonctionnalité appréciée sur iVache : la fiche individuelle. Vache par vache, celle-ci précise le statut de l’animal, son pedigree, son plan d’accouplement, son historique, sa production (lactation et carrière) et sa descendance. « C’est plus facile de prendre une décision de réforme quand on a une information complète », indiquent les éleveurs. « On n’a pas toujours en tête toutes les infos concernant chaque vache, souligne Régis Rupert. Grâce à cette fiche, un éleveur peut à tout moment, même au cul de la vache en consultant son smartphone, me dire où elle en est. »
Si une vache est vue en chaleur, il peut tout de suite la noter et voir si c’est cohérent. Toutes les interventions sur le troupeau (tarissements, traitements, soins particuliers) sont consignées. « J’apprécie d’enregistrer sur iVache plutôt que sur de multiples petits carnets que je risque d’égarer. Le dernier est même passé dans la machine à laver !, poursuit François en riant. Désormais, je note une fois pour toutes et je n’y reviens plus. » Quelques clics suffisent pour déclarer un soin. Il est possible de définir un protocole de soin, et y accéder ensuite par un simple menu déroulant. Inutile de ressaisir toutes les informations à chaque fois. « En cas de doute pendant la traite, je peux consulter la fiche pour vérifier un délai d’attente après traitement. » Les caractéristiques des produits sont déjà renseignées dans la base.

iVache fait parler les données pour les valoriser

À partir de tous les enregistrements (saisis ou téléchargés), iVache établit aussi des synthèses sur la repro et la santé, réactualisées en temps réel. « Parfois la situation se dégrade sans que l’on s’en rende compte, relève Régis Rupert. D’où l’intérêt de s’appuyer sur des choses factuelles pour avancer. Avec iVache, on sait de quoi on parle. »
Les données ne dorment plus dans un classeur. « Je ne les rentre plus par obligation, mais parce que j’y trouve une réelle plus-value, signale François. Je sors mon bilan sanitaire et je peux me comparer aux autres. » Le suivi de reproduction calcule (sur une période souhaitée) le taux de détection de chaleurs réellement observées, le taux de fécondation (%VL gestantes sur celles qui devraient l’être) et le taux de fécondité (%VL gestantes sur % VL inséminées). Le bilan de santé détaille le nombre de troubles (mammites, problèmes métaboliques, postpartum, repro, locomotion, veaux) en pourcentage de vaches vêlées. L’outil calcule le pourcentage de femelles nées, le taux de mortalité, l’âge au sevrage, l’âge au vêlage, l’âge à l’IA, le lait produit par vache (carrière)…« iVache met le doigt là où ça pêche ! On visualise clairement l’écart entre nos objectifs (choisis et pré-enregistrés) et nos vrais résultats, observent les exploitants. Cela nous met la pression, mais au final cela nous rend plus performant. » « L’outil interpelle et suscite des questions en dressant un constat objectif, avance Régis Rupert. Mais il ne donne pas de réponses. À chacun de choisir comment et avec qui il veut progresser sur tel ou tel critère. »

(1) iVache a été rebaptisé iCownect

 

« L’éleveur est maître de ses données »

« Jusqu’à présent, les données d’un troupeau se trouvaient éparpillées et cloisonnées chez les différents intervenants en élevage, avance Régis Rupert, vétérinaire. Ces informations sont donc peu accessibles dans leur globalité et difficiles à valoriser pour travailler efficacement. » Avec iVache, l’éleveur revient au coeur du dispositif. « C’est lui qui maîtrise ses données et les valorise en devenant acteur et décideur. » iVache est aussi un espace collaboratif. Toutes les données peuvent être utilisées, échangées par les éleveurs, et leur permettre de se comparer entre eux de façon anonyme. Les autres partenaires de la ferme peuvent se connecter aussi à la plateforme pour consulter les données de l’élevage et en entrer certaines. La révolution, c’est que l’éleveur choisit avec qui il souhaite partager ses données. Elles sont accessibles à tous les intervenants dès lors que l'éleveur lui en autorise l'accès.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière