Aller au contenu principal

« Nous fabriquons notre aliment avec un camion-usine en Cuma »

Trois Cuma de la Loire viennent de s’équiper d’une unité mobile de fabrication de l’aliment qui facilitera l’utilisation des céréales produites sur l’exploitation ou achetées localement.

Le broyage mobile en Cuma est une vieille histoire dans le département de la Loire. Il s’est développé à partir des années 1970 et 1980 grâce à un importateur local de broyeurs et aplatisseurs GEHL. Aujourd’hui, une bonne trentaine d’équipements (autant de broyeurs que d’aplatisseurs), pour presque autant de Cuma, se déplacent de ferme en ferme. Ils ont indéniablement facilité l’utilisation des céréales. « Les éleveurs laitiers travaillent principalement avec des matières premières », affirme Michel Chavanat, président de la Cuma de la Fourragère du Roannais. Avec deux autres Cuma, elle est à l’origine d’un nouveau projet très novateur : l’achat d’un camion de fabrication d'aliment à la ferme. Un camion porteur est équipé d’un aplatisseur, d’un broyeur et d’une mélangeuse de huit mètres cubes. L’investissement est conséquent : 340 000 euros, dont 105 000 euros pour le camion et 235 000 euros pour l’usine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière