Aller au contenu principal

« Nous couplons pâturage et affouragement en vert pour nos 170 laitières »

Le Gaec de la Robinais, à Chavagne en Ille-et-Vilaine, pratique l’affouragement en vert de ses 170 hautes productrices depuis 12 ans. L’élevage en est à sa troisième autochargeuse.

 © P. Lepol
© P. Lepol

 

 
© DR
« Je suis convaincu de l’intérêt de l’affouragement en vert dans notre système. Cela permet d’aller chercher de l’herbe sur les parcelles éloignées et de prolonger l’apport d’herbe fraîche dans la ration. Cet automne, nous valorisons de très bons rendements en herbe. Certaines années, on a pu affourager jusqu’à Noël. Nous avons 200 hectares, répartis en trois îlots dont 70 ha à 9 km du siège d’exploitation. Nous sommes engagés dans la démarche Bleu Blanc Cœur (omega 3) depuis quinze ans, et nous préférons maximiser la part d’herbe dans l’alimentation de nos 170 vaches à 10 000 kg, pour limiter la complémentation en graines de lin. L’exploitation compte 110 hectares de prairies à base de RGA-TB. Le silo de maïs reste ouvert toute l’année en raison des vêlages étalés. Au printemps et à l’automne, la ration comporte jusqu’à 80 % d’herbe.

 

Un avantage l’été lors des fortes chaleurs

Nous privilégions le pâturage quand c’est possible. L’affouragement en vert débute généralement mi-mai. J’attends que l’herbe soit réessuyée pour faucher pour ne pas humidifier la ration et la rendre moins appétente. Lors des fortes chaleurs, nous affourageons les vaches en journée car elles sont mieux dans le bâtiment, et elles ne pâturent que la nuit.

L’affouragement en vert pallie les difficultés du pâturage avec un grand troupeau et facilite la conduite de l’herbe. Les parcelles sont toujours propres avec des repousses homogènes. Les vaches mangent tout. Je vois aussi un avantage agronomique à l’affouragement en vert. Nous avons pu réintroduire des prairies dans toutes nos rotations et nous voyons clairement la différence sur la structure du sol, les adventices et le rendement.

Pallier les difficultés du pâturage en grand troupeau

Les principaux inconvénients de l’affouragement, c’est l’investissement et le temps à y passer. Quand je vais à 9 km, affourager me prend 1h15. Au plus près, c’est 30 minutes. Mais il faut aussi mettre dans la balance le fait qu’il n’y a pas à gérer de clôtures, de bac à eau, de broyage de refus, de lutte contre les rumex et chardons… Quant au coût d’utilisation, je ne l’ai jamais approché, il faudrait tenir compte du prix de la machine (55 000 €), de son entretien, de la traction, du fioul, et du temps de travail…

Nous utilisons une faucheuse autochargeuse Erès 550 de Jeulin (42 m3). Trois critères de choix ont compté : la fiabilité, la robustesse de la machine, et un service après-vente compétent. Je ne regrette pas d’avoir pris l’option de essieux suiveurs à l’arrière. Quand on tourne, les roues s’inclinent et épousent mieux le terrain. Cela évite le ripage et abîme moins la parcelle. »

Des repousses d’herbe homogènes

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Le blé égyptien offre aussi une valeur alimentaire intéressante.  © Semental
Le blé égyptien surprend par sa productivité

De la famille des sorghos, le blé égyptien est une espèce qui part vite en végétation et est très…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière