Aller au contenu principal

« Nous avons pu faire des échanges de baux »

Benoît Vigour et son frère Arnaud, associés du Gaec les Ailantes, en Loire-Atlantique.
Benoît Vigour et son frère Arnaud, associés du Gaec les Ailantes, en Loire-Atlantique.
© Gaec les Ailantes

Benoît Vigour, du Gaec les Ailantes, en Loire-Atlantique

« Nous avons pu effectuer un échange parcellaire de 10,5 hectares dans le cadre d’un échange collectif à vingt-cinq exploitations pour 220 hectares, grâce à la chambre d’agriculture. Chaque fermiers impliqué avait prévenu les propriétaires concernés et la chambre d’agriculture a organisé une réunion d’information, afin de leur expliquer le projet et ses avantages.

Le processus a été long car il impliquait plusieurs participants et des échanges en chaîne. Mais aussi parce que la question foncière se heurte à des histoires parfois lourdes. L’intérêt d’être accompagné par un organisme de conseil permet d'amener du pragmatisme. Les discussions pour la recherche de compromis sont la clé pour réussir ce type de projet.

Les premières réunions d’information ont démarré en 2016. Le projet d’accord d’échanges n'a été validé par les vingt-cinq exploitations que trois à quatre ans plus tard. Sur le plan juridique, il y a eu des ventes, des changements de baux, et dans certains cas, quand les propriétaires étaient réticents, des échanges de culture. Comme cette dernière possibilité n’est pas sécurisante pour l’exploitant, l’objectif est qu’elle reste temporaire et aboutisse in fine à un échange de baux.

Pour notre Gaec de 129 hectares, nous avons échangé quelque 10,3 hectares. Pour un îlot de 3 hectares et 6 autres hectares, il y a eu un changement de bail entre nous et un nouveau fermier. Le dernier hectare était en propriété. Nous avons créé un bail avec le nouveau fermier. Nous avons récupéré 10,5 hectares. Pour 5,5 hectares, un bail a été créé entre nous et le propriétaire qui était l’exploitant. Pour 3 hectares, les deux propriétaires ont profité du projet pour mettre en vente leur terre, et nous avons pu les acheter. Les deux derniers hectares ont fait l’objet d’un échange de bail : l’ancien bail a été arrêté et les propriétaires en ont créé un pour notre Gaec, dans les mêmes conditions que l’ancien bail. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
Le prix du lait standard conventionnel payé aux producteurs a augmenté de 21% sur les six derniers mois de l'année.
Prix du lait : les coopératives visent 500 €/1000 litres
Lors de sa conférence de presse de rentrée, les coopératives membres de la Coopération laitière ont assuré vouloir augmenter…
La ferme de Grignon a baissé de 800 g par vache et par jour le tourteau de colza 35 et a pu éviter d'acheter un camion de 30 tonnes de tourteau de colza tanné ce printemps.
« Nous avons limité l'explosion du coût alimentaire sur l’atelier vaches laitières »
Quentin Bulcke, responsable de la ferme expérimentale de Grignon, témoigne des actions ayant permis d'économiser du tourteau de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière