Aller au contenu principal

« Notre maïs lève sous un couvert végétal »

Les associés du Gaec Les Haies Fleuries se sont lancés en 2008 dans le semis direct sur couvert végétal. La technique demande encore quelques adaptations mais apporte déjà satisfaction.

SAMUEL BLIN. « Nous évoluons peu à peu vers des
techniques qui réduisent les interventions mécaniques
et cela implique parfois quelques tâtonnements ! »
SAMUEL BLIN. « Nous évoluons peu à peu vers des
techniques qui réduisent les interventions mécaniques
et cela implique parfois quelques tâtonnements ! »
© S. Roupnel

«Avec des sols superficiels et des précipitations annuelles faibles, notamment en période estivale, l’idée de départ était de réduire le travail du sol pour économiser l’eau, explique Samuel Blin, installé avec ses parents à Eancé en Ille-et- Vilaine. Voilà pourquoi nous avons, pendant une dizaine d’années, remonté peu à peu le travail du sol. » Sur les 130 hectares que compte l’exploitation, l’ensemble des cultures (maïs, blé, prairie, luzerne et féverole) était alors implanté avec un travail superficiel. En 2008, une étape a été franchie vers la suppression complète du travail du sol. Le Gaec s’est équipé d’un semoir mono-graine adapté au semis direct du maïs sur couverture végétale.


Du glyphosate un mois avant semis

« En parallèle, et par précaution, nous avions semé de la luzerne afin de pallier une éventuelle baisse de rendement en maïs », se souvient Samuel Blin. Pour autant, le rendement en maïs ensilage a atteint ses 6 à 9 tonnes de matière sèche habituelles. Et, cerise sur le gâteau, la luzerne a eu un effet très positif sur la production laitière des 70 Prim’Holstein du troupeau. Le maïs est désormais semé après destruction chimique du couvert hivernal. « La destruction du couvert mérite encore réflexion, signale Samuel Blin. Nous tâtonnons encore sur la nature des espèces, à la fois efficaces sur le plan biologique et agronomique et faciles à détruire. Cette année nous avons semé un mélange de graminées, crucifères et légumineuses. » Si certaines espèces comme la féverole, le pois, la phacélie et le tournesol ont gelé, d’autres comme le colza, le radis et l’avoine noire restent à détruire. La couverture du sol est correcte, laissant peu de place aux adventices, grâce à un fort développement des crucifères.

Au printemps, le traitement au glyphosate – un mois avant la date théorique de semis - s’accompagnera d’un passage de rouleau afin de briser les tiges les plus épaisses. « Pour pouvoir semer directement dans le couvert, nous allons supprimer les crucifères qui peuvent avoir un effet allélopathique négatif sur les cultures suivantes, prévoit Samuel Blin. Nous envisageons également de semer du maïs dans une prairie de fétuque élevée et trèfle blanc âgée de six ans, après sa destruction chimique. »


Vers moins de crucifères dans le couvert

Quant au blé, il est lui aussi semé en direct, derrière le maïs ensilage. L’utilisation du semoir de semis direct pour céréales (Sulky Unidrill) a longtemps été limité à l’implantation des couverts. « Nous regrettons de ne pas l’avoir utilisé plus tôt pour les prairies et le blé », reconnaît Samuel Blin. « Dans les années à venir, nous souhaitons parfaire notre technique de semis sur couverture végétale. Et pourquoi pas un jour semer dans un couvert vivant ou sous une autre culture ! En attendant, notre objectif est d’améliorer encore la qualité de nos sols, tout en maîtrisant nos charges et en maintenant nos rendements. Les effets sont déjà sensibles sur le poste du carburant et des intrants. Autre avantage, nous ramassons moins de pierres dans les parcelles. Le travail est moins mécanisé ce qui facilite la gestion du trafic sur des sols à tendance hydromorphe. La conduite du semis direct sous couvert végétal est aussi plus technique. Nous évoluons au fil de tâtonnements et d’essais internes à la ferme. Certains sont fructueux, comme la culture de luzerne dans les chaumes de céréales, d’autres le sont moins, tel le semis direct de colza sur paille de blé. Nous sommes en perpétuelle évolution… »


Le saviez-vous...


L’objectif du semis direct sur couverture végétale est de limiter le remaniement mécanique du sol à l’endroit où est déposée la semence. Le principe est de couvrir le sol en permanence avec de la matière végétale pour, d’une part, stopper le processus d’érosion et réduire les amplitudes thermiques et hygrométriques et, d’autre part, reconstruire un écosystème stable, favorable à l’activité biologique et à la préservation de la matière organique du sol.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière