Aller au contenu principal
Font Size

« Notre bâtiment est équipé qu’avec du matériel d’occasion »

Dans le Morbihan. Au Gaec de Pécane à Bréhan, le matériel de traite, les logettes creuses, les cornadis, deux DAC et un racleur hydraulique ont été dénichés sur internet.

Les Prim’Holstein d’Armelle et Christophe Cadio n’y ont vu que du feu lorsqu’elles sont entrées dans leur nouvelle stabulation (150 places) en novembre 2016. Mieux, elles ont gagné en confort grâce aux logettes creuses. Et pourtant, seule la structure du bâtiment (charpente, toiture…) était neuve. La plupart des équipements ont été achetés d’occasion. Salarié sur l’exploitation depuis janvier 2016, leur fils Rémi (24 ans) épaulé par sa sœur Claire (18 ans), ont géré les achats sur internet. Dans le cadre de l’installation de Rémi prévue en janvier 2018, la référence du Gaec va atteindre 1,3 million de litres de lait. Elle sera produite par 130 Prim’Holstein. Mais, la construction d’une nouvelle stabulation avec salle de traite s’est imposée dès 2015. « Au départ, nous étions partis sur une salle de traite neuve en 2 x 16 double équipement. Mais cela coûtait 150 000 euros. Nous avons donc continué à chercher sur Le Bon Coin. Le 10 décembre 2015, le jour de mon anniversaire, nous en avons trouvé une en Vendée. C’était une DeLaval 2 x 16 simple équipement avec décrochage automatique mais sans compteur à lait. Elle était proposée à seulement 52 000 euros (sans garantie) et n’avait servi que trois ans. Quand j’en ai parlé à mon concessionnaire, il m’a dit qu’à ce prix-là, il ne fallait pas hésiter. Je suis allé voir le vendeur. Le courant est très bien passé entre nous. C’est très important quand on achète du matériel d’occasion », souligne Rémi Cadio.

Seulement 6 000 euros de frais de montage

Rémi est allé chercher la salle de traite avec trois copains en janvier 2016. « Nous avons tout démonté en quatre jours. Nous avons eu la chance d’être logés et nourris chez le vendeur. » Autre point positif. Le transport du matériel n’a coûté que 180 euros TTC ! « L’éleveur qui m’a cédé son contrat de lait pour que je m’installe avec mes parents a ramené le matériel avec son camion. Nous n’avons payé que le gazole. » Les pare-bouses en inox de 12 m de long ont été coupés en deux pour pouvoir les ramener dans le véhicule. »

Le remontage a été réalisé par la famille. « On s’y mettait un peu tous les jours. On a commencé en juillet et fini en septembre. Pour la maçonnerie, nous avons repris les cotes de l’ancienne salle de traite. » Puis le concessionnaire DeLaval est passé pour finir l’installation : branchements électroniques du système de lavage automatique et de la pompe à vide, changements de joints… « Cela nous a coûté 6 000 euros HT. On aurait pu en faire une grande partie, mais nous voulions gagner du temps. »

Aucun problème avec la salle de traite

Le pré-refroidisseur à plaques inclus dans l’achat n’a pas été ré-installé. « Avec une installation en ligne haute, il aurait fallu escalader pour changer les filtres à lait tous les jours. Si nous remettons un pré-refroidisseur, nous choisirons un modèle en serpentins. » Le matériel de traite a été stocké dans des containers maritimes (prêtés par un voisin) pour le préserver de l’humidité. La salle de traite tourne comme une horloge depuis novembre 2016. « Nous n’avons eu qu’un problème avec une électrovanne endommagée par l’eau ferrugineuse et un décrocheur automatique », souligne Rémi Cadio avec satisfaction.

(1) Dossier L’occasion, un marché qui s’organise, Réussir Lait, n° 287.

Les autres équipements achetés d’occasion sur internet

. Un racleur hydraulique de 8 ans : 4 000 euros

. 160 logettes creuses et 28 panneaux de cornadis antipendaison (5 m- 7 places) Jourdain, des barrières : 15 000 euros

. Deux DAC avec 90 colliers : 2 000 euros

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière