Aller au contenu principal

« Nos semis simplifiés et directs se font sans glyphosate »

Au Gaec de Fouesnard, dans les Côtes-d’Armor. Une longue expérience du non-labour associée à l’achat de matériel spécifique a fait évoluer les pratiques culturales sur les 115 hectares de l’exploitation.

LE FLASH GRUBBER EST DOTÉ DE 19 SOCS PLATS QUI
SCALPENT LE SOL à une profondeur de 1 à 2 cm,
sur une largeur de 5,70 m. Cet outil a été
acheté d’occasion 7 000 euros il y a trois ans.
Pierre Chenu regrette que les modèles récents
soient équipés de dents qui ne permettent
pas un travail aussi superficiel.
LE FLASH GRUBBER EST DOTÉ DE 19 SOCS PLATS QUI
SCALPENT LE SOL à une profondeur de 1 à 2 cm,
sur une largeur de 5,70 m. Cet outil a été
acheté d’occasion 7 000 euros il y a trois ans.
Pierre Chenu regrette que les modèles récents
soient équipés de dents qui ne permettent
pas un travail aussi superficiel.
© S. Roupnel

Adepte des techniques culturales sans labour depuis une vingtaine d’années, Pierre Chenu a choisi de faire l’impasse sur l’utilisation du glyphosate il y a trois ans. « J’ai arrêté le glyphosate en raison de son image négative. D’autant que mon exploitation se situe dans un bassin versant qui alimente la ville de Rennes », explique Pierre Chenu, installé avec son épouse à Yvignac-la-Tour.

L’éleveur a signé il y a cinq ans une MAE réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires. « Celle-ci pénalise mais n’interdit pas le recours au glyphosate », fait remarquer Pierre Chenu. Si l’on reproche aux TCS l’utilisation systématique du glyphosate, l’éleveur montre aujourd’hui que le recours à des outils spécifiques permet de se passer de traitement herbicide préalable.

Deux passages croisés pour scalper le sol

Le Gaec de Fouesnard s’est ainsi doté d’un flash grubber (Horsch). Cet outil à socs plats scalpe superficiellement le sol pour détruire la culture en place sans relancer trop de germination. « Je sème des mélanges de trèfles en interculture juste après la récolte du blé, avec un outil à fraise (Horsch SE). Après un pâturage ou un ensilage au printemps, j’épands généralement du lisier avant de détruire l’interculture pendant la seconde quinzaine d’avril. »

Deux passages croisés pour scalper puis un passage de fraise suffisent à détruire complètement la culture en place. Le maïs est ensuite semé en un seul passage avec un combiné composé d’un strip-till et d’un semoir à maïs classique quatre rangs. Pierre Chenu s’est aussi équipé d’une trémie à l’avant du tracteur pour injecter, si besoin, 50 unités d’azote derrière la dent du strip-till.


« J’ai longtemps semé le maïs à la volée avec la fraise mais je rencontrais des soucis de profondeur de semis. La récolte des intercultures oblige à semer le maïs tardivement. Avec l’arrivée des périodes sèches, je devais augmenter les doses de semis. J’ai acheté un semoir de semis direct Unidrill il y a six ans mais les résultats n’ont pas été concluants. Avec le combiné strip-till et semoir à maïs, je règle la profondeur au plus juste. »

La dose de semis a été abaissée de 120 000 à 90 000 grains par hectare. Pour Pierre Chenu, l’idéal est de ne pas semer le maïs trop tôt« Je ne sème que lorsque je suis sûr que le maïs va pousser rapidement. »

Un travail du sol sur le rang pour le maïs

Le semis des trente-deux hectares de maïs s’étale généralement sur l’ensemble du mois de mai. Le sol est beaucoup moins émietté qu’en préparation conventionnelle. Le risque de battance et d’érosion s’en trouve réduit. Mais le rendement n’est pas diminué. Avec le scalpage superficiel, le sol reste dur entre les rangs. Seule une dizaine de centimètres de chaque côté du sillon est ameublie par le strip-till et permet au système racinaire de se développer facilement.

Le rang est bien dégagé par le chasse-débris du strip-till qui écarte les repousses. La rupture de capillarité permise par le scalpage stoppe l’évaporation de l’eau conservant ainsi la fraîcheur du sol.

Un désherbage à petite dose est effectué au stade 3 feuilles, environ trois semaines après la levée. Ensuite, une entreprise réalise un binage lorsque le maïs est bien développé et recouvre les rangs. La plante est alors plus haute que le genou. « Le binage affine la terre en surface et évite un deuxième désherbage qui nécessiterait le recours à une dose plus importante de produit », explique l’éleveur.

Le maïs est récolté pour moitié en ensilage et moitié en battage. Après la récolte du maïs, Pierre Chenu réalise un faux-semis à la fraise ou au flash grubber« Pour le blé, en conditions sèches, il faut anticiper et scalper tôt », note Pierre Chenu. Les trente-huit hectares de blé sont semés à la fraise qui détruit l’enherbement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière