Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Tarentaise, une filière en gestation pour les veaux mâles

L'organisme de sélection projette de créer une filière en circuits courts pour valoriser les mâles de 8 jours à 150 euros.

Au début, l'engraissement des veaux se fera dans trois exploitations qui gèrent un atelier d'élevage de génisses.
© Upra Tarentaise

Comment valoriser les veaux tarins ? La question taraude les esprits au sein de la race depuis une dizaine d'années. « La valorisation des veaux mâles a un impact économique pour les éleveurs et sur la dynamique du programme de sélection. Il faut un maximum d'inséminations en race pure pour maintenir une bonne base de sélection(1)  », explique Emilien Odouard de l'Upra Tarentaise. Le problème est d'autant plus complexe à résoudre que les veaux mâles ont des caractéristiques différentes en termes de conformation et de poids par rapport aux standards recherchés par les engraisseurs industriels", note Emilien Odouard. « Les particularités de la race, nous les connaissons et les assumons. Notre objectif est de valoriser ses différences via des circuits courts. Le veau fait 100 kg à 120 jours mais grâce à la finesse de ses os, le rendement en viande est plus élevé que dans les autres races. »

Faible poids de carcasse mais bon rendement

Des tests organoleptiques réalisés en début d'année par un laboratoire indépendant auprès de 80 consommateurs a mis en évidence « le côté fondant et le goût prononcé et apprécié de la viande ». Cette expérimentation n'a pas confirmé l'aspect plus foncé de la viande reproché par les industriels.

Dans un premier temps, l'engraissement des veaux pourra être réalisé dans trois exploitations qui gèrent déjà un atelier d'élevage de génisses. « Nous allons commencer par en engraisser une quarantaine cet automne. L'idée est de les mettre dans les élevages en automne et de les engraisser jusqu'en février-mars. Cela permettra ensuite aux éleveurs d'enchaîner avec l'élevage des petites génisses. »

Enrichissement des bases de données pour conforter les résultats des précédents tests, élaboration du cahier des charges, étude de marché, valorisation sous forme de label ou de marque... le travail expérimental va se poursuivre pendant encore au moins deux ans.

(1) 15 000 vaches traites dont 8 100 au contrôle de performance.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Les vaches efficientes digèrent mieux leur ration

Pourquoi certaines vaches laitières valorisent mieux leur ration que d’autres ? On sait que plus une…

Vignette
Le Réseau agri-sentinelles pour favoriser la prévention du suicide
Le site web Réseau agri-sentinelles a été officiellement lancé au Space. Objectif : sensibiliser, former et donner des outils les…
Vignette
Un QR code sur le lait de la Prospérité
La première bouteille de lait suivie et certifiée en temps réel, a été lancée par Prospérité fermière Ingredia, suite logique de…
Vignette
ASTUCE - Un passage à niveau pour le troupeau
Jean-François Dorenlor dans la Manche, a utilisé des bras mécanisés de portail de maison pour actionner à distance des barrières…
Vignette
Bientôt une rémunération pour le lait bas carbone
Les éleveurs vont pouvoir être rétribués pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, en s’engageant dans des contrats…
Vignette
Manifestation monstre d’agriculteurs aux Pays-Bas
Vous ne rêvez pas, les agriculteurs néerlandais ont manifesté ! C’est un fait suffisamment rare pour être relevé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière