Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un outil d’aide à l’emploi des mélanges prairiaux

Le Gnis met en ligne sur internet un calculateur des bonnes quantités de semences de chaque espèce, et publie un document à destination des éleveurs.

L’étiquette d’un sac de semences comporte le pourcentage en poids du mélange. Cette composition n’équivaut pas à celle en nombre de semences, du fait de poids de mille grains différents entre espèces. Pour aider les éleveurs à obtenir leur objectif de peuplement, le Gnis a mis au point un calculateur, mis en ligne sur internet(1), pour faire la conversion. Il permet de connaître le peuplement théorique au champ, en fonction de la composition indiquée sur un sac de mélange prairial. Ou de calculer les bonnes quantités (en kilos) de semences de chaque espèce à semer à partir d’un objectif de peuplement.

Pas plus de six espèces et huit variétés

Le Gnis a également édité un dépliant, avec des recommandations pour l’utilisation des mélanges prairiaux. « Il n’est pas utile d’associer plus de huit variétés au total, parmi six espèces différentes au maximum. La dose maximale de semis de mélange ne devrait pas dépasser 30 kg/ha, afin que chaque variété puisse s’exprimer. »

Ces recommandations sont issues d’une brochure éditée par un collectif de l’AFPF (Gnis, Inra, BTPL, Arvalis, RAGT…), sur les préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France. « Ce document est une première édition qui est perfectible et dont le contenu pourra évoluer », souligne Julien Greffier, du Gnis.

La brochure précise que pour des mélanges d’espèces dont les semences ont des densités différentes, « les utilisateurs doivent mélanger les semences avant et en cours de semis, pour éviter le risque de sédimentation ». Le document présente aussi les particularités d’une vingtaine d’espèces, le comportement des espèces au sein d’un mélange…

L’AFPF rappelle également que les espèces pures, et les associations simples d’une graminée et d’une légumineuse sont également des réponses pertinentes. Le choix se fait en fonction de la situation pédoclimatique, du mode de valorisation de la prairie (pâturage, fauche), de l’objectif de l’éleveur (prairie longue durée, rendement…).

www.herbe-actifs.org/le-calculateur

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Vignette
Piloter l’alimentation des vaches avec les acides gras du lait
En Auvergne - Rhône - Alpes, les teneurs en acides gras du lait de tank sont mis à disposition des éleveurs. Ces nouveaux…
Vignette
« Sur notre élevage laitier, nous misons sur la gestion de la repro »
Au Gaec du Bois de Bousies dans le Nord. Détection pointue des chaleurs, suivi Repro, santé des veaux… sont des cartes maîtresses…
Vignette
Améliorer les performances de repro avec Reproscope

L’observatoire de la reproduction des bovins en France propose un nouvel outil web 

Vignette
« Nous concilions vêlages précoces et groupés »
À l’EARL Duvernoy, en Haute-Saône, les génisses montbéliardes vêlent à 25 mois depuis une trentaine d'années. Les vêlages sont…
Vignette
« Nous avons un responsable pour l’atelier génisses »
Au Gaec Lacour, en Ille-et-Vilaine, Ronald Cherbonnel gère l’élevage des génisses. Prim’Holstein, Montbéliardes ou Normandes,…
Vignette
« Nos Normandes vêlent à 27 mois depuis plus de vingt ans »
À l’EARL Tessier, en Eure-et-Loir, malgré quelques décalages volontaires, chaque année une cinquantaine de génisses vêlent autour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière