Aller au contenu principal

Campagne 2008-2009
Net repli au niveau des Acal

Pour le moment, seuls 2 032 producteurs ont déposé une demande d’aide à la cessation d’activité laitière, soit 44 % de moins que l’an dernier.

L’Office de l’élevage et le ministère ont communiqué les premières données concernant les dépôts de demande d’aide à la cessation d’activité laitière pour 2008-2009. Ces chiffres sont à prendre avec précaution, car provisoires. Premier enseignement : on constate une forte baisse des demandes. 2032 producteurs ont fait connaître leur intention d’arrêter partiellement ou totalement la production laitière, contre 3 648 l’an dernier (44 % de baisse). Ils représentent 2,4 % des producteurs en France.

En ce qui concerne le litrage moyen, celui-ci poursuit tendanciellement sa hausse, à 150 000 litres en moyenne contre 132 000 l’an dernier et plutôt 80 000 les années précédentes. C’est potentiellement 1,3 % de la référence nationale qui pourrait changer de main à cette occasion (soit environ 314 000 tonnes).

150000 LITRES EN MOYENNE

On peut supposer que le contexte favorable qu’a connu la production laitière en début d’année a influé dans les choix d’un certain nombre d’agriculteurs de poursuivre la production. Les zones où le nombre d’abandon est le plus élevé sont situées principalement dans les régions du Sud-Ouest ainsi que dans certaines zones intermédiaires. Le volume pouvant être racheté est parfois deux fois supérieur à la moyenne nationale (Poitou-Charentes, Aquitaine, Midi- Pyrénées, Bourgogne). En revanche les régions de l’Ouest et du Nord de la France enregistrent moins de cessation, ce qui limite les volumes disponibles pour la redistribution.

DES CHIFFRES PROVISOIRES

Peut-on réellement dresser une analyse exacte de ce premier bilan en termes de « déprise » laitière ? La réponse est complexe, car on doit impérativement prendre en compte un autre curseur, qui est celui des cessations spontanées d’activité. Lors de la dernière campagne, elles ont significativement augmenté, et il faudrait croiser les deux chiffres. La procédure Acal étant à la fois lourde administrativement et faiblement incitative financièrement, on peut supposer qu’un certain nombre de producteurs préfèrent arrêter leur activité laitière sans passer par le dispositif administratif des Acal. La plus grande prudence s’impose, en attendant les chiffres définitifs de la campagne.

Les producteurs devront, pour financer l’intégralité des volumes proposés, faire un chèque de l’ordre de 32 millions d’euros (près de 52 millions d’euros l’an dernier). Dans la pratique, ce chiffre sera inférieur, pour tenir compte des volumes gratuits générés par la procédure qui viennent alimenter la redistribution départementale. ■

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière