Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ne pas négliger la grande douve

En situation à risque, connaître le statut de son cheptel est recommandé. La grande douve ne doit pas être mésestimée car elle a un impact sur la production et la santé de l’animal.

En Bretagne, la grande douve est une problématique un peu en dehors des radars, reconnaît Luc Manciaux, vétérinaire conseil à Bretagne Conseil élevage Ouest (BCEL Ouest). La prévalence est sans doute faible à modérée, mais, un certain nombre de troupeaux sont confrontés durablement et régulièrement à cette problématique. Dans nos études récentes sur le dépistage de la grande douve à partir du lait de tank que nous avons menées dans des élevages pâturants (plus de 30 ares/VL/an) et portant sur 1 800 vaches, un sur deux avait au moins une vache positive. En moyenne, 14 % étaient positives, avec des taux allant de 4 à 65 % selon les élevages. Les échantillons ne sont pas représentatifs, mais cela veut dire qu’il y a potentiellement un risque lié au pâturage en zone humide, qu’il ne faut pas mésestimer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière