Aller au contenu principal

Ne gaspillez pas l’énergie des grains

Plus de 50 % de l’énergie de l’ensilage de maïs est contenu dans les grains. L’éclatage des grains est donc un enjeu majeur lors du chantier de récolte. Cette énergie doit être pleinement accessible pour que l’ensilage soit pleinement valorisé par les animaux. « Un mauvais éclatage des grains peut entraîner une baisse de la valeur UFL de l’ensilage de plus de 0,15 UFL/kg MS, estime Yann Martinot d’Orne Conseil élevage. L’augmentation des longueurs de coupe recommandées ces dernières années conduit à un moindre éclatage des grains si l’éclateur n’est pas adapté en fonction. »

L’éclatage des grains est d’autant plus nécessaire que les animaux à forte production se caractérisent par une vitesse de transit rapide et donc une moindre digestibilité ruminale par une baisse du temps de séjour. L’amidon by-pass peut dès lors se retrouver en excès et être perdu.

Ajuster le réglage de l’éclateur le jour du chantier

L’éclatage des grains s’apprécie le jour du chantier, en direct au pied de l’ensileuse, pour être en mesure de corriger le réglage de la machine. « Une évaluation visuelle en prenant des poignées d’ensilage est difficile et peu précise, indique le conseiller. Le grain doit être séparé des parties végétales pour apprécier correctement la qualité de l’éclatage. Une méthode de séparation des grains des parties végétales a été développée par un chercheur aux États-Unis (lire le Bon geste, page 50). » Réservée avant tout aux ensilages verts le jour de la récolte, cette méthode s’appuie sur la différence de flottabilité entre les grains et les parties végétales. Les grains coulent au fond du récipient alors que les parties végétales flottent en surface.

Le réglage de l’éclateur est essentiel pour assurer un bon niveau d’éclatage des grains. Plus l’éclateur est serré, plus les grains se trouvent éclatés. Mais plus il est fermé, plus l’ensileuse consomme de l’énergie, plus la vitesse du chantier se réduit et plus les risques de bourrage augmentent. La plante entière risque aussi de se retrouver lacérée et défibrée. D’où la nécessité de prendre le temps de trouver le bon réglage de la machine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière