Aller au contenu principal
Font Size

Ne gaspillez pas l’énergie des grains

Plus de 50 % de l’énergie de l’ensilage de maïs est contenu dans les grains. L’éclatage des grains est donc un enjeu majeur lors du chantier de récolte. Cette énergie doit être pleinement accessible pour que l’ensilage soit pleinement valorisé par les animaux. « Un mauvais éclatage des grains peut entraîner une baisse de la valeur UFL de l’ensilage de plus de 0,15 UFL/kg MS, estime Yann Martinot d’Orne Conseil élevage. L’augmentation des longueurs de coupe recommandées ces dernières années conduit à un moindre éclatage des grains si l’éclateur n’est pas adapté en fonction. »

L’éclatage des grains est d’autant plus nécessaire que les animaux à forte production se caractérisent par une vitesse de transit rapide et donc une moindre digestibilité ruminale par une baisse du temps de séjour. L’amidon by-pass peut dès lors se retrouver en excès et être perdu.

Ajuster le réglage de l’éclateur le jour du chantier

L’éclatage des grains s’apprécie le jour du chantier, en direct au pied de l’ensileuse, pour être en mesure de corriger le réglage de la machine. « Une évaluation visuelle en prenant des poignées d’ensilage est difficile et peu précise, indique le conseiller. Le grain doit être séparé des parties végétales pour apprécier correctement la qualité de l’éclatage. Une méthode de séparation des grains des parties végétales a été développée par un chercheur aux États-Unis (lire le Bon geste, page 50). » Réservée avant tout aux ensilages verts le jour de la récolte, cette méthode s’appuie sur la différence de flottabilité entre les grains et les parties végétales. Les grains coulent au fond du récipient alors que les parties végétales flottent en surface.

Le réglage de l’éclateur est essentiel pour assurer un bon niveau d’éclatage des grains. Plus l’éclateur est serré, plus les grains se trouvent éclatés. Mais plus il est fermé, plus l’ensileuse consomme de l’énergie, plus la vitesse du chantier se réduit et plus les risques de bourrage augmentent. La plante entière risque aussi de se retrouver lacérée et défibrée. D’où la nécessité de prendre le temps de trouver le bon réglage de la machine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière