Aller au contenu principal
Font Size

N'ayez pas peur de déléguer vos cultures

La délégation des travaux des champs, c’est d’abord un gain de temps. Économiquement, cette stratégie tient la route. Elle se révèle intéressante à condition d’adapter son parc matériel.

La délégation des cultures se développe ces dernières années et va certainement continuer à prendre de l'ampleur.
La délégation des cultures se développe ces dernières années et va certainement continuer à prendre de l'ampleur.
© V. Marmuse / CAIA

Les éleveurs laitiers sont confrontés à des problèmes de main-d’oeuvre croissants. L’agrandissement et les attributions de volumes supplémentaires ne vont pas arranger la situation. Comment s’adapter ? Quelle solution retenir à moindre coût ? La délégation des cultures, couplée à la remise à plat de sa stratégie de mécanisation, est un levier possible. Mais encore faut-il que les exploitants acceptent de « lâcher » leur tracteur et de confier à une tierce personne les travaux des champs. Tout le monde n’est pas prêt à franchir le pas. Le temps libéré, souvent conséquent en délégation complète, permet de recentrer ses efforts sur l’élevage et d’améliorer l’efficacité du système. Les conseillers estiment qu’une heure facturée par l’entreprise ou la Cuma avec chauffeur, équivaut à deux heures gagnées pour l’exploitant. Vu le temps économisé, la question du coût passe d’ailleurs souvent au second plan.

Contrairement aux a priori, déléguer se justifie économiquement, mais à condition d’être cohérent. C’est-à-dire de ne pas cumuler l’externalisation des cultures et le maintien du matériel en propriété. L’équilibre économique suppose une remise en cause du parc individuel. Si on délègue et que l’on garde autant de tracteurs sous son hangar, on a tout faux ! Comme pour toute stratégie, une fois engagée, il faut aller au bout de la démarche.

Aller au bout de la démarche

Le matériel, c’est aussi une affaire culturelle. Aux Pays-Bas, par exemple, les exploitations laitières spécialisées sont souvent peu mécanisées et délèguent la quasi-totalité des travaux de cultures (lire reportage page 38).

Le choix de la délégation doit se faire en cohérence avec la main-d’oeuvre disponible sur l’exploitation. Un calcul au cas par cas s’impose en fonction de la main-d’oeuvre présente, du parc matériel, de la structure du parcellaire… Il n’y a pas de réponse toute faite. La réflexion peut être menée au moment de renouveler un investissement matériel. Une fois le choix individuel réalisé, il est difficile de revenir en arrière. D’où l’intérêt de réaliser de vrais diagnostics de mécanisation. Des outils développés par le réseau des Cuma permettent de mettre à plat tous les chiffres, de les analyser sans biais et de comparer les stratégies entre elles.

Enfin, si les coups de pouce fiscaux peuvent donner bonne conscience lors de l’achat de matériel, investir dans l’objectif premier de réduire ses prélèvements obligatoires n’est pas une bonne idée !


Au sommaire du dossier :

P28 Gagner du temps sans perdre d’argent - Stratégie de mécanisation

P32 Une solution gagnante quel que soit le système - Simulation économique

P34 « Nous avons pu développer la production » - À l’EARL La Gairie (44)

P36 « Déléguer plutôt qu’investir dans un robot » - À la SCEA de la Grande Métairie (56)

P38 « Nous avons fait le choix de la spécialisation » - À Hunsingo Dairy, aux Pays-Bas

Retrouvez l'intégralité du dossier le numéro de juillet-août de Réussir Lait, pages 26 à 40

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière