Aller au contenu principal

Naissance d'AOPEN Dairy en Nord Picardie Ardennes

Trois organisations de producteurs (OP) ont créé une association d'OP, AOPEN Dairy, pour construire une identité laitière régionale.

L'OP Danone Bailleul (59), l'OP Lactalis de Cuincy (62) et l'OP Fauquet (Fromagers de Thiérache, appellation maroilles) ont créé AOPEN Dairy en décembre dernier. "En 2018, nous déposerons un dossier pour demander notre reconnaissance officielle. Nous souhaitons accueillir d'autres OP. L'objectif est l'échange d'informations et d'idées entre nous, tout en gardant une confidentialité sur certaines données pour ne pas compromettre la relation entre chaque OP et l'entreprise qui contractualise avec ses adhérents", expose Gilles Durlin, président de l'OP Danone Bailleul et de AOPEN Dairy.

Déployer des Cap2ER dans les exploitations adhérentes

L'AssOP veut construire une identité régionale pour le lait du bassin Nord Picardie Ardennes. "Aujourd'hui, quand on parle du lait des Hauts de France, aucune image ne se dessine spontanément dans la tête du consommateur, contrairement au lait de Normandie (une normande au pâturage sous un pommier) ou au lait de montagne. Il faut dessiner l'image laitière qui nous corresponde. Et sur laquelle nous pourrons communiquer." AOPEN Dairy a dégagé quatre piliers : des élevages bas carbone ; engagés dans le bien-être animal ; ancrés dans une région riche en biodiversité ; et qui portent des valeurs humaines.

"Sur le premier volet, on va pouvoir démarrer rapidement, en donnant la possibilité à toutes les exploitations adhérentes des trois OP de réaliser un Cap2ER, de niveau 1, voire de niveau 2. Le Conseil régional nous soutient (aide annoncée de 200 000 euros). Chaque OP négociera avec la laiterie pour valoriser cet engagement des adhérents."

L'idée de l'association d'OP est de "prendre en main ce qui fait notre valeur et notre différence, pour obtenir un meilleur retour de la valeur aux éleveurs, comparé aux autres démarches organisées par les laiteries".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière