Aller au contenu principal

Monoprix s'engage en faveur du bien-être animal

En partenariat avec la Laiterie Saint-Denis de l'Hôtel, Monoprix s'engage à ne plus vendre, pour son lait UHT sous marque de distributeur, que du lait produit avec certains critères de bien-être animal, dont l'accès au pâturage.

Le cahier des charges encourage l'accès au pâturage des génisses et des vaches au moins 100 jours par an dans les 50 fermes sélectionnées.
Le cahier des charges encourage l'accès au pâturage des génisses et des vaches au moins 100 jours par an dans les 50 fermes sélectionnées.
© Monoprix

Depuis le printemps 2014, tout le lait UHT à marque Monoprix est issu de fermes françaises sélectionnées répondant à certains critères de bien-être animal. « Cet engagement en faveur du bien-être des vaches laitières s’inscrit dans la continuité du travail mené sur les œufs, avec l'arrêt depuis mars 2013 des œufs issus de poules élevées en cage à la marque Monoprix, et plus globalement dans notre démarche en faveur d’une consommation responsable » explique Yvan Chamielec, responsable Qualité chez Monoprix. Pour cela, l'enseigne travaille en étroite collaboration avec son fournisseur de lait, la Laiterie Saint-Denis de l'Hôtel. « Dans notre région à faible densité laitière, il est important de se différencier et d'innover, explique Philippe Leseure, responsable production à la Laiterie Saint-Denis de l'Hôtel. Les producteurs ont donc souhaité s'engager dans cette démarche qui améliore la valorisation du lait, avec un engagement sur cinq ans. » Un cahier des charges a été établi en commun par Monoprix et par la laiterie, avec l’appui de l'association de défense du bien-être des animaux d'élevage CIWF (Compassion in World Farming). Un premier point obligatoire est l'adhésion à la Charte des bonnes pratiques d'élevage. « Les critères du chapitre 5, relatif au bien-être et à la sécurité, doivent en particulier être validés à 100 % » précise Philippe Leseure. Le cahier des charges interdit aussi les étables entravées et encourage l'accès au pâturage au moins 100 jours par an. « Si toutes les vaches et génisses ont accès au pâturage plus de 100 jours par an, l'exploitation obtient la note la plus élevée. Si les génisses seules y ont accès, la note est inférieure mais non éliminatoire, le but étant d'améliorer progressivement ce critère. Dans le cas par exemple de l'installation de robots, de plus en plus nombreux en région Centre, le but est de prévoir un accès au pâturage, ce qui est en général possible. »

Un principe d'amélioration continue

Le cahier des charges impose aussi un  taux de cellules inférieur à 250 000 dans les 12 derniers mois, un taux de réforme de moins de 35 % et la visite obligatoire d'un vétérinaire. Enfin, plusieurs indicateurs de bien-être animal sont examinés (état d'engraissement, propreté et comportement des animaux). Une note globale est finalement attribuée à l'élevage, avec un niveau minimum obligatoire et un objectif d'amélioration continue. Sur 300 exploitations livrant la Laiterie Saint-Denis de l'Hôtel, 50 fermes réunissant 4000 vaches en Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Cher, Haute-Vienne et Creuse ont été sélectionnées par la laiterie pour entrer dans la démarche. Un audit de chaque exploitation est assuré par un technicien de la laiterie, avec une note minimale exigée et le principe d’amélioration continue. Cinq exploitations par an sont de plus auditées par un organisme extérieur mandaté par Monoprix. Le lait des 50 fermes sélectionnées est collecté dans le cadre d'une tournée spécifique et conditionné sur le site de Varennes-sur-Fouzon (36). La plus-value accordée par Monoprix est versée pour partie aux 50 fermes sélectionnées, en compensation du travail supplémentaire engendré par la démarche, mais surtout répartie sur l'ensemble de la collecte.

Une bouteille éco-conçue

Sur une année, la démarche engagée par Monoprix représente déjà 10 M litres de lait, soit la totalité du lait à sa marque. Le lait est commercialisé en briques et bouteilles de 1 litre et 0,5 litre. Pour réduire son impact sur l'environnement, tout en garantissant une conservation optimale du lait, Monoprix a par ailleurs fait le choix de bouteilles innovantes, 15% plus légères que la moyenne des bouteilles PEHD du marché et sans opercule aluminium, ce qui facilite le recyclage de l'emballage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière