Aller au contenu principal
Font Size

Monoprix s'engage en faveur du bien-être animal

En partenariat avec la Laiterie Saint-Denis de l'Hôtel, Monoprix s'engage à ne plus vendre, pour son lait UHT sous marque de distributeur, que du lait produit avec certains critères de bien-être animal, dont l'accès au pâturage.

Le cahier des charges encourage l'accès au pâturage des génisses et des vaches au moins 100 jours par an dans les 50 fermes sélectionnées.
Le cahier des charges encourage l'accès au pâturage des génisses et des vaches au moins 100 jours par an dans les 50 fermes sélectionnées.
© Monoprix

Depuis le printemps 2014, tout le lait UHT à marque Monoprix est issu de fermes françaises sélectionnées répondant à certains critères de bien-être animal. « Cet engagement en faveur du bien-être des vaches laitières s’inscrit dans la continuité du travail mené sur les œufs, avec l'arrêt depuis mars 2013 des œufs issus de poules élevées en cage à la marque Monoprix, et plus globalement dans notre démarche en faveur d’une consommation responsable » explique Yvan Chamielec, responsable Qualité chez Monoprix. Pour cela, l'enseigne travaille en étroite collaboration avec son fournisseur de lait, la Laiterie Saint-Denis de l'Hôtel. « Dans notre région à faible densité laitière, il est important de se différencier et d'innover, explique Philippe Leseure, responsable production à la Laiterie Saint-Denis de l'Hôtel. Les producteurs ont donc souhaité s'engager dans cette démarche qui améliore la valorisation du lait, avec un engagement sur cinq ans. » Un cahier des charges a été établi en commun par Monoprix et par la laiterie, avec l’appui de l'association de défense du bien-être des animaux d'élevage CIWF (Compassion in World Farming). Un premier point obligatoire est l'adhésion à la Charte des bonnes pratiques d'élevage. « Les critères du chapitre 5, relatif au bien-être et à la sécurité, doivent en particulier être validés à 100 % » précise Philippe Leseure. Le cahier des charges interdit aussi les étables entravées et encourage l'accès au pâturage au moins 100 jours par an. « Si toutes les vaches et génisses ont accès au pâturage plus de 100 jours par an, l'exploitation obtient la note la plus élevée. Si les génisses seules y ont accès, la note est inférieure mais non éliminatoire, le but étant d'améliorer progressivement ce critère. Dans le cas par exemple de l'installation de robots, de plus en plus nombreux en région Centre, le but est de prévoir un accès au pâturage, ce qui est en général possible. »

Un principe d'amélioration continue

Le cahier des charges impose aussi un  taux de cellules inférieur à 250 000 dans les 12 derniers mois, un taux de réforme de moins de 35 % et la visite obligatoire d'un vétérinaire. Enfin, plusieurs indicateurs de bien-être animal sont examinés (état d'engraissement, propreté et comportement des animaux). Une note globale est finalement attribuée à l'élevage, avec un niveau minimum obligatoire et un objectif d'amélioration continue. Sur 300 exploitations livrant la Laiterie Saint-Denis de l'Hôtel, 50 fermes réunissant 4000 vaches en Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Cher, Haute-Vienne et Creuse ont été sélectionnées par la laiterie pour entrer dans la démarche. Un audit de chaque exploitation est assuré par un technicien de la laiterie, avec une note minimale exigée et le principe d’amélioration continue. Cinq exploitations par an sont de plus auditées par un organisme extérieur mandaté par Monoprix. Le lait des 50 fermes sélectionnées est collecté dans le cadre d'une tournée spécifique et conditionné sur le site de Varennes-sur-Fouzon (36). La plus-value accordée par Monoprix est versée pour partie aux 50 fermes sélectionnées, en compensation du travail supplémentaire engendré par la démarche, mais surtout répartie sur l'ensemble de la collecte.

Une bouteille éco-conçue

Sur une année, la démarche engagée par Monoprix représente déjà 10 M litres de lait, soit la totalité du lait à sa marque. Le lait est commercialisé en briques et bouteilles de 1 litre et 0,5 litre. Pour réduire son impact sur l'environnement, tout en garantissant une conservation optimale du lait, Monoprix a par ailleurs fait le choix de bouteilles innovantes, 15% plus légères que la moyenne des bouteilles PEHD du marché et sans opercule aluminium, ce qui facilite le recyclage de l'emballage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière