Aller au contenu principal

Mobilisation de la race Abondance pour l’AOP

En Haute Savoie, une série d’actions est lancée pour renforcer l’offre génétique Abondance et faire progresser le nombre de vaches de la race dans les troupeaux.

Le cahier des charges de l’AOP Abondance prévoit un seuil collectif de 45 % minimum de race Abondance sur la zone au 1er janvier 2016.
Le cahier des charges de l’AOP Abondance prévoit un seuil collectif de 45 % minimum de race Abondance sur la zone au 1er janvier 2016.
© DR

D’ici le 1er janvier 2016, sur la zone du fromage AOP Abondance, 45 % des animaux devront être de race Abondance. Cette échéance fixée par le cahier des charges est connue depuis 2006. N’empêche, elle représente encore un beau défi. Il manque encore à l’appel 868 femelles de race Abondance. Le pourcentage moyen de race Abondance sur la zone frôle aujourd’hui 40 %. Mais sur 220 élevages, on dénombre encore 116 élevages à moins de 45 %, et surtout 53 élevages à moins de 5 % dont 26 à 0 %. Si les 45 % ne sont pas atteints collectivement au 1er janvier 2016, alors seuls les élevages à 45 % minimum de race Abondance resteront habilités.

Un financement de l’interprofession laitière des Savoie


Face à ce couperet qui menace la filière, le Sifa (Syndicat interprofessionnel du fromage Abondance), l’OS races alpines réunies (OSRAR)(1) et les laiteries se sont mobilisées de concert pour répondre aux exigences du cahier des charges. Une série de réunions a été organisée l’hiver dernier pour les éleveurs de la zone autour de la race - ses atouts et ses limites. Et un plan d’actions pour développer durablement l’offre en génétique a été lancé, le tout avec le financement de l’interprofession laitière des Savoie (ILS).
Ce plan comporte :


— Des aides à la collecte et à la mise en place d’embryons. « Il s’agit d’introduire la race Abondance de façon sûre sur le plan sanitaire et génétique, avec des embryons issus des meilleures vaches triées selon un seuil d’ISU par père, celles du noyau de sélection de la race », souligne Nicole Bloc, chargée de mission à l’OSRAR. L’aide à la collecte des vaches « noyau de sélection », plafonnée à 800 euros, est accessible à tous les éleveurs à la condition de laisser à disposition de la collectivité 50 % des embryons congelables. L’aide à la mise en place d’embryons, 90 euros par embryon posé, est réservée aux éleveurs de la zone Sifa. Bel-Air Embryons (Ucear) est le partenaire exclusif de l’action. « L’objectif de cinquante collectes est quasiment atteint ; quatre-vingt-dix embryons ont été posés en frais et trente embryons sont en « banque ». »


— Des contrats d’élevage de génisses entre naisseurs et éleveurs. « L’objectif est de structurer le marché et d’éviter la perte de génétique intéressante à l’export ou dans des élevages non contrôlés. » Ces contrats, qui renforcent les garanties « droits et devoirs de chacun », sont à la disposition des éleveurs via l’OSRAR depuis le mois de septembre.


— De la semence sexée de taureaux de testage : elle est disponible dès cet automne auprès de l’Ucear à partir de cinq taureaux de la série.
Une mesure plus cœrcitive vient d’être décidée par les coopératives (sauf une) pour les élevages ayant moins de 5 % de femelles (de plus de  15 jours) de race Abondance : 10 €/1 000 l seront prélevés sur la paye de lait(2). Ils leur seront restitués s’ils franchissent le seuil de 5 %.


(1) Abondance, Villars de Lans, Hérens.
(2) Prix moyen 2013 : 454 €/1 000 l + 13 €/1 000 l retenus pour la communication sur l’AOP Abondance.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière