Aller au contenu principal

Misez-vous davantage sur le pâturage cette année ?

L’herbe pâturée est l’aliment le moins coûteux. Avec la baisse du prix du lait et le niveau élevé des charges, beaucoup d’éleveurs cherchent à produire du lait à moindre coût et favorisent le pâturage quand cela est possible.

OUI. Le redécoupage des paddocks nous permet de mieux valoriser le pâturage. Nos 90 vaches pâturent sur 16 ha comme les années précédentes. Par contre, nous sommes passés de 8 paddocks de 2 ha à 19 petits paddocks de 85 ares, en maintenant la même surface accessible. Avec ce système de pâturage tournant dynamique, les vaches restent une journée par paddock. Le jour, elles pâturent, la nuit elles « grattent ». Nous gaspillons moins d’herbe et le fait de changer les vaches de parcelle tous les jours, les motivent à pâturer. Au tank, la production de lait est beaucoup plus régulière qu’avant. Les vaches continuent de recevoir une ration à l’auge, mais en moins grande proportion (5 kg brut d’ensilage de maïs et 500 g de correcteur azoté en moins par vache). Cet automne, nous allons semer 7 ha de prairies supplémentaires pour monter à 23 ha la surface accessible aux laitières. Le minimum requis pour passer en AOP camembert.

NON. D’habitude, je fais pâturer une partie des vaches hautes productrices sur 6 ha de prairies attenantes à la stabulation. Uniquement le lot des vaches à plus de trois mois de lactation. Cette année, le robot est saturé avec 72 vaches, et je préfère ne pas les sortir même si cela aurait permis de réduire un peu le coût de la ration sur cinq à six semaines. Je suis pris dans l’engrenage du robot. En cherchant à saturer cet outil pour mieux l’amortir, j’ai perdu en souplesse dans mon système de production. Au printemps, les laitières étaient à 100 % en ration hivernale : 19 kg de maïs ensilage, 15 kg d’ensilage d’herbe, 4 kg de maïs grain humide, 6 kg de pulpes surpressées, 1,5 kg de tourteau de soja, 1,5 kg de tourteau de colza. Et en moyenne au robot : 1 kg de VL18, 800 g de tourteau de soja, plus le CMV.

OUI. J’ai doublé la surface en herbe accessible aux laitières autour du bâtiment en réaménageant mon parcellaire. Je produis 800 000 litres par an avec 100 Prim’Holstein. En installant deux robots de traite il y a trois ans, j’avais à cœur de maintenir le pâturage car c’est le plat équilibré le moins cher qui soit. Aujourd’hui, la conjoncture m’encourage encore plus dans cette voie. Le temps que j’ai gagné avec le robot, je l’ai mis à profit pour me former et apprendre à mieux valoriser l’herbe. Les laitières disposent désormais de 20 ha de prairies accessibles auprès du bâtiment. Une partie est en RGA-TB et une autre en luzerne-dactyle pour prolonger la saison de pâturage durant l’été.

Question du mois prochain

"Votre laiterie ou votre OP vous incite à produire moins. Le faites-vous ? "
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Après une pause estivale, de début juillet à fin août, Radio Prairies reprendra ses podcasts hebdomadaires sur le pâturage. © Groupe herbe Franche-Comté
En Franche-Comté, des podcasts pour parler de pâturage
Depuis le mois de mars, le groupe herbe Franche-Comté diffuse sur sa chaîne YouTube un podcast hebdomadaire de conseil sur le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière