Aller au contenu principal

Produits phytosanitaires
Mise au point d’un indicateur de risque de toxicité humaine

Une équipe menée par l’Institut agronomique méditerranéen de Montpellier (IAMM) a mis au point un indicateur de risque de toxicité humaine (IRTH).

À partir des propriétés physico-chimiques et des phrases de risque associées aux matières actives, le calcul prend en compte le niveau de toxicité aigu et chronique et la persistance des matières actives.
Il intègre un facteur de formulation (un solide non volatil réduisant le risque d’exposition par rapport à un liquide ou un solide volatil) et un facteur de compensation lié à la dose appliquée et à la concentration de la matière active.
Et il prend en compte le type de pulvérisateur (antidérive ou non) et le mode d’application (en hauteur, vers le sol, produit incorporé).

Un logiciel de calcul, Etophy, qui compte déjà 3 500 produits, a été mis au point et pourrait à terme être disponible sur le web. Les IRTH sont ensuite introduits comme paramètres dans les outils d’aide à la décision.

« L’idée est de pouvoir utiliser des leviers comme l’alternance des produits, leur choix selon la vulnérabilité du milieu et le type de culture, le choix des cultures selon cette vulnérabilité, la gestion de l’exposition dans le temps… » précise Philippe Le Grusse, du Ciheam- IAMM.

L’IRTH est également testé actuellement pour évaluer les niveaux d’exposition auxquels auraient été soumis des agriculteurs atteints aujourd’hui de la maladie de Parkinson. Ces analyses pourraient à l’avenir permettre d’évaluer les niveaux d’exposition auxquels sont soumis les producteurs en fonction de leurs pratiques.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière