Aller au contenu principal

Elevage et société : « Mieux vaut devancer les critiques plutôt que les subir »

Anticiper et communiquer vers les politiques et la population, c’est la stratégie gagnante qui a permis à cinq exploitants de construire un méthaniseur collectif à Briey, sans faire de vague.  

Dominique Hirtzberger, éleveur. « Si on s’était contenté de poser une pancarte de permis de construire du jour au lendemain, ca n’aurait pas été… » © DR
Dominique Hirtzberger, éleveur. « Si on s’était contenté de poser une pancarte de permis de construire du jour au lendemain, ca n’aurait pas été… »
© DR

« Avant même de créer notre groupement et de nous lancer véritablement dans ce projet de méthaniseur collectif à injection directe de gaz, nous avons d’abord voulu rencontrer le maire et les deux maires-adjoints de notre communauté de communes pour tâter le terrain, raconte Dominique Hirtzberger, exploitant à Mance en Meurthe-et-Moselle. Globalement, ils se sont montrés assez réceptifs même si deux d’entre eux restaient prudents. Si nous nous étions trouvés face à un mur, pas sûr que l’on aurait persévéré dans le projet… »

Les exploitants ont ensuite communiqué par voie de presse et rencontré plusieurs responsables politiques et acteurs du territoire pour présenter le projet. « À chaque rencontre, on soulignait l’intérêt pour la collectivité : moins d’engrais chimiques, moins de pesticides (ndlr : deux fermes sont passées en bio), moins d’odeur grâce au digestat, création d’un emploi… en insistant sur notre volonté de préservation de l’environnement. »

Les exploitants ont aussi emmené une dizaine de membres du conseil municipal visiter une installation similaire dans les Vosges. « Cette visite les a vraiment rassurés, et par la suite le Conseil a soutenu notre projet à l’unanimité. »

Associer les élus locaux et les politiques à la démarche

Mais l’important était aussi de faire adhérer la population. C’est pourquoi, ils ont organisé une réunion publique, même s’ils n’y étaient pas contraints. Les élus de Briey, la conseillère régionale, le président du syndicat de ramassage scolaire qui soutenaient le projet, étaient conviés, en plus des techniciens de la chambre et de GRDF qui apportaient leur expérience et expertise technique. 80 personnes sont venues. « Nous voulions les informer et répondre à leurs interrogations. Certains s’inquiétaient des nuisances liées aux odeurs et au trafic routier. Nous étions préparés à ça et on a pu apporter des réponses claires, argumentées et chiffrées pour les rassurer et relativiser leurs craintes. » Par exemple, sur l’augmentation de circulation, certes une benne de 20 tonnes fera trois aller-retours par jour pour approvisionner le site, mais qu’est-ce que cela représente sur une route qui comptabilise 3 000 véhicules par jour ? 

« Le fait d’avoir été administrateur à la coop et d’avoir suivi une formation à la prise de parole m’a sans doute aidé dans l’exercice de communication », conclut Dominique, en rappelant que « quand on monte un tel projet, la diplomatie, assortie d’un zest d’humour, est un plus indéniable ». Les éleveurs ont également créé un page FaceBook et vont organiser deux journées portes ouvertes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière