Aller au contenu principal

Alimentation animale
Mieux diagnostiquer les carences en iode chez les vaches laitières

D´après un essai mené par Néolait et l´ENVN, il n´y a pas lieu de réévaluer les apports d´iode chez les vaches laitières.


« Inutile de relever les apports en iode des laitières si la ration couvre le niveau des recommandations Inra. » C´est en substance ce qu´affirme la société Néolait, leader en nutrition minérale. Depuis plusieurs mois, l´iode fait l´objet d´une attention particulière dans les élevages. En effet, « de nombreux profils métaboliques réalisés en élevages mettent en évidence des carences en iode, signale Jean-Marie Béguin de Néolait. Avec des résultats qui peuvent se montrer très variables à l´intérieur d´un même troupeau, sur des élevages dont la ration est pourtant correctement complémentée. » C´est pour comprendre ces situations de carence que la firme a mis en place un essai l´été dernier, en collaboration avec l´École vétérinaire de Nantes et un laboratoire spécialisé dans les dosages hormonaux.
Mieux vaut doser l´iode hormonal que minéral
Des prélèvements sanguins ont été réalisés sur 110 vaches laitières, situées entre 60 et 180 jours de lactation et réparties dans dix élevages bretons. Selon les élevages, l´apport alimentaire d´iode a varié entre 16 et 28 mg par vache et par jour, soit un apport proche des recommandations Inra (0,8 mg/kgMS). « Ce qui ressort de l´étude, c´est que l´iode minéral - également appelé iode inorganique plasmatique -, qui reflète les apports alimentaires d´iode des derniers jours, n´apparaît pas un critère fiable pour diagnostiquer la nutrition en iode de la vache laitière, considère Jean-Marie Béguin. La mesure du niveau d´iode hormonal (thyroxine ou T4) est plus pertinente. » En effet, dans l´essai, malgré des niveaux d´iode minéral largement inférieurs (58 microgramme/litre) à la valeur de référence de 105 microgramme/litre, le niveau en iode hormonal dans le sang s´est révélé suffisant pour satisfaire les besoins des vaches laitières au delà de 60 jours de lactation.
« De plus, l´augmentation des apports en iode dans les rations ne s´est pas traduite par une meilleure synthèse au niveau hormonal, ajoute le spécialiste. En cas de suspicion de carence en iode, avant de procéder à un profil métabolique coûteux sur un troupeau, mieux vaut déjà contrôler l´équilibre global de la ration, et réaliser si possible une analyse des fourrages pour vérifier si les besoins en oligo-éléments sont bien couverts par le minéral. »


(1) Dans la limite de 5000 ? par cédant et 10 000 ? pour un couple.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

[Contenu Partenaire] Dermatite : « une baisse de 39 à 9 % des vaches laitières touchées, grâce au biocontrôle »
Dans la Manche, le GAEC Bourgine lutte contre des problèmes de boiteries avec un produit de biocontrôle, le Certiflore. En un an…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au 1er avril
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière