Aller au contenu principal

Méthanisation : les clé de la rentabilité

La filière méthanisation agricole démarre à peine en France. Encore difficile à évaluer, la rentabilité d’une installation s’inscrit dans un projet global d’exploitation, ancré dans son territoire.

© Planet Biogaz France

En France, les politiques ont bien compris l’intérêt de la méthanisation agricole et affichent la volonté de développer cette filière. Elle produit de la chaleur et de l’électricité renouvelables, elle traite des déchets (effluents d’élevage, résidus de récolte, déchets de l’agroalimentaire...), elle participe à la dynamique des territoires.

En 2011, trois événements ont marqué la filière : la reconnaissance de la méthanisation comme activité agricole, à travers la Loi de modernisation agricole ; la revalorisation des tarifs d’achat de l’électricité produite à partir de biogaz ; la possibilité d’injecter directement le biogaz dans le réseau de gaz. « Après une année 2011 de ‘stand by’, les porteurs de projet ont à présent des règles du jeu claires », conclut Armelle Damiano, de l’association Aile. Un contexte plus favorable qui relance les projets.

Le problème de la méthanisation reste sa complexité. Technique d’abord. Une unité de méthanisation, c’est un site qui comprend de quoi stocker les matières entrantes, un digesteur (appelé « panse » par les méthaniseurs, pour souligner la complexité des fermentations qui s’y déroulent), un cogénérateur, un réseau de chaleur, un raccordement à EDF... La méthanisation demande du temps et des compétences techniques, pour choisir le procédé et faire fonctionner l’installation.

« Il s’agit d’une stratégie d’exploitation dans son ensemble, que je comparerais à un projet de diversification, et pas à un projet photovoltaïque ou éolien. C’est un projet qui va avoir des impacts sur divers aspects de l’exploitation », souligne Armelle Damiano. La méthanisation aura des incidences sur la conduite de la fertilisation, des dérobées, des intercultures. Elle pourra s’insérer dans un projet plus vaste, avec par exemple l’utilisation de la chaleur pour sécher des four- rages, des plaquettes de bois... Il faut donc raisonner son projet dans son exploitation, présente et future, mais aussi dans son environnement (partenariat avec d’autres agriculteurs, collectivités...).

Un projet de méthanisation reste difficile à monter pour un agricul- teur seul. « Si la méthanisation est mieux connue et appréciée par les administrations, EDF, les banques... il arrive encore que les dossiers aient du mal à avancer », souligne Armelle Damiano. Monter un projet reste un long parcours de trois ans minimum, où la difficulté est de mener de front plusieurs démarches.

Enfin, un projet de méthanisation représente un gros investissement (600 000 à 1 million d’euros). Le temps de retour sur investissement est d’environ sept ans, sans tenir compte des annuités, et en comptant les subventions !

Nous dégagerons dans ce dossier quelles sont les clés de la rentabilité pour une installation de méthanisation, sachant qu’il n’y a pas de modèle économique standard, comme souvent en France..

SOMMAIRE

Page 32 : Contexte politique : La France s’est fixé un objectif de 800 à 1 000 unités agricoles d’ici 2020

Page 36 : Rentabilité : Les points clés d’un projet

Page 41 : Projet individuel : À la SCEA Bois Brillant, une petite unité qui fonctionne en autonomie

Page 44 : Projet collectif : Agrivalor énergie, un projet territorial qui marie agriculture et balnéoludisme

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière