Aller au contenu principal
Font Size

Méthanisation, la fin de l’âge d’or ?

En Allemagne, la hausse des coûts de production et un cadre réglementaire moins favorable pénaliseraient les quelque 8000 unités de méthanisation allemandes ces prochaines années.

Installation de méthanisation dans une exploitation agricole allemande.
Installation de méthanisation dans une exploitation agricole allemande.
© A. Conté

La fête semble finie pour les unités de méthanisation agricoles allemandes. Essentiellement parce que leurs coûts de production sont à la hausse. Les frais de maintenance suivent une courbe ascendante. Dans le nord du pays, le prix du maïs ensilage, la principale matière première, est très volatile et les fermages dérapent à 1200 €/ha. Les banques locales prédisent que 30 % des unités pourraient faire faillite. La menace serait encore plus prononcée pour les méthaniseurs trop éloignés de leur objectif de productivité et ceux qui emploient un salarié. Dans le sud du pays, où une unité moyenne annonce une capacité de 350 kWh (contre 500 kWh dans le nord), ces perspectives sont considérées comme un peu trop pessimistes. Même élevés, les fermages de 700 à 800 €/ha dans cette zone permettent actuellement de limiter la dépense pour une tonne de maïs rendue digesteur à environ 40 € alors que la facture ne doit pas dépasser 45 à 50 €/t pour préserver une rentabilité.

Commandes de nouvelles unités en berne

Les derniers et futurs ajustements réglementaires ne risquent cependant pas de dissiper les nuages dans le ciel des méthaniseurs. La loi entrée en vigueur au 1er juillet 2014 encourage certes la construction d’unités modestes de 75 kWh destinées à traiter le lisier des élevages, mais elle ne rémunère plus qu’à hauteur de 4 cents tout kilowatt produit dans les unités de plus de 500 kWh. Inutile dans ces conditions de vouloir agrandir l’existant alors que les charges fixes continuent elles, de croître. Le projet de relever la durée de stockage du digestat de six à neuf mois ne ferait que durcir la viabilité économique des unités existantes. La Fédération des industriels de la méthanisation confirme que le climat dans sa branche d’activité est « mauvais » ou « très mauvais ». Dans l’état actuel des choses, le nombre de nouvelles commandes enregistré depuis août 2014 est proche de zéro.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière