Aller au contenu principal

Méthanisation, la fin de l’âge d’or ?

En Allemagne, la hausse des coûts de production et un cadre réglementaire moins favorable pénaliseraient les quelque 8000 unités de méthanisation allemandes ces prochaines années.

Installation de méthanisation dans une exploitation agricole allemande.
Installation de méthanisation dans une exploitation agricole allemande.
© A. Conté

La fête semble finie pour les unités de méthanisation agricoles allemandes. Essentiellement parce que leurs coûts de production sont à la hausse. Les frais de maintenance suivent une courbe ascendante. Dans le nord du pays, le prix du maïs ensilage, la principale matière première, est très volatile et les fermages dérapent à 1200 €/ha. Les banques locales prédisent que 30 % des unités pourraient faire faillite. La menace serait encore plus prononcée pour les méthaniseurs trop éloignés de leur objectif de productivité et ceux qui emploient un salarié. Dans le sud du pays, où une unité moyenne annonce une capacité de 350 kWh (contre 500 kWh dans le nord), ces perspectives sont considérées comme un peu trop pessimistes. Même élevés, les fermages de 700 à 800 €/ha dans cette zone permettent actuellement de limiter la dépense pour une tonne de maïs rendue digesteur à environ 40 € alors que la facture ne doit pas dépasser 45 à 50 €/t pour préserver une rentabilité.

Commandes de nouvelles unités en berne

Les derniers et futurs ajustements réglementaires ne risquent cependant pas de dissiper les nuages dans le ciel des méthaniseurs. La loi entrée en vigueur au 1er juillet 2014 encourage certes la construction d’unités modestes de 75 kWh destinées à traiter le lisier des élevages, mais elle ne rémunère plus qu’à hauteur de 4 cents tout kilowatt produit dans les unités de plus de 500 kWh. Inutile dans ces conditions de vouloir agrandir l’existant alors que les charges fixes continuent elles, de croître. Le projet de relever la durée de stockage du digestat de six à neuf mois ne ferait que durcir la viabilité économique des unités existantes. La Fédération des industriels de la méthanisation confirme que le climat dans sa branche d’activité est « mauvais » ou « très mauvais ». Dans l’état actuel des choses, le nombre de nouvelles commandes enregistré depuis août 2014 est proche de zéro.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière