Aller au contenu principal

Mesurer la biodiversité, un enjeu pour l'élevage

Le projet Indibio est un premier outil permettant d'évaluer la contribution d'un élevage à la biodiversité.

Avec ses treize millions d’hectares de prairies, haies, mares…, l'élevage est un contributeur essentiel à la biodiversité.
Avec ses treize millions d’hectares de prairies, haies, mares…, l'élevage est un contributeur essentiel à la biodiversité.
© Philippe Eloy/Association des fromages de Savoie

" On est aujourd'hui dans une phase d'érosion très forte de la biodiversité », a lancé Sylvain Plantureux de l'Inra en préambule d'une journée consacré au projet Indibio (pour Indicateur de biodiversité) le 26 novembre dernier. « Face à ce déclin très rapide, l'Europe a affiché une stratégie très ambitieuse : stopper l’érosion d’ici 2020, et restaurer les services rendus par la biodiversité d’ici 2050. Elle a clairement identifié l’agriculture comme levier pour stopper cette érosion ». En France, un projet de loi sur la biodiversité a été présenté au Parlement l'été dernier et devrait être débattu en début d'année. Il propose notamment la création d'une agence française de biodiversité, à l'image de ce qui existe déjà dans d'autres pays (Allemagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas...) pour apporter un appui aux porteurs de projets, sensibiliser et défendre la position française.

 

À partir d'un enregistrement des pratiques et d'une photo aérienne

 

L’élevage est hautement concerné. Avec ses treize millions d’hectares de prairies, haies, mares…, il est un contributeur essentiel à la biodiversité. Encore faut-il le démontrer pour pouvoir faire reconnaître ce service. C'est dans cette optique qu'a été initié le projet Indibio conduit par le Cniel et l'Institut de l'élevage. « Nous avons besoin d’indicateurs utilisables et utilisés par le monde agricole », souligne Dominique Daul, de la FNB, au nom des éleveurs. Un premier outil de terrain, Biotex, permettant d'évaluer la contribution d'une exploitation à la biodiversité a été mis au point. Il repose sur des indicateurs indirects de biodiversité qui permettent de s’affranchir des comptages fastidieux de faune et flore servant habituellement à la mesurer. « L’objectif est de pouvoir proposer une méthode simple rapide et pertinente, à partir d'un enregistrement des pratiques de l’élevage et l'identification des Infrastructures agro-environnementales (IAE : haies, mares, prairies permanentes…) grâce à une photo aérienne », explique Aline Chanseaume, de l’Institut de l’élevage. Biotex (qui utilise le logiciel Dexi) a été testé dans soixante-dix-sept exploitations, et permet de réaliser l'évaluation en une journée. Il donne pour chacun des treize indicateurs(1) retenus une note favorable, neutre ou défavorable, mais il ne délivre pas de note globale. « C'est un outil de sensibilisation qui permet de montrer les apports de l’élevage, mais aussi d’identifier les leviers d’action (par exemple rajouter des haies, retarder  la fauche...) ».

Si Biotex fonctionne, le développement informatique reste toutefois à faire pour le rendre ergonomique et envisager sa vulgarisation. Il reste aussi à pouvoir estimer les conséquences économiques des mesures. « Le savoir-faire et les pratiques vertueuses doivent être rémunérées, insiste Dominique Daul. C’est un service rendu par l’éleveur à la société. » Même si « la biodiversité n’est pas qu’une chose à conserver, c’est-à-dire une contrainte : elle peut être un atout, rappelle Sylvain Plantureux. Son utilité dans le cycle de production est démontrée : elle contribue au maintien de la fertilité des sols, à la pollinisation, ou encore à la qualité des prairies ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière