Aller au contenu principal
Font Size

Prairies
Méfiez-vous de l´agrostis stolonifère !

Sous un air inoffensif, cette graminée peut expliquer un bon nombre d´échecs de semis.


La nature est ainsi faite : chaque plante a développé une astuce pour se faire sa place au soleil. « Le « truc » de l´agrostis stolonifère est de profiter des conditions extrêmes pour se développer ; quand les conditions deviennent trop difficiles pour les autres espèces (chaleur, sécheresse, inondations, manque de fertilisants, surpâturage etc...), elle explose en lançant ses stolons parfois sur plusieurs mètres, affirmait Bruno Osson, technicien développement du Gnis, lors du Salon de l´herbe dans les Vosges en juin dernier. C´est par exemple la seule espèce qui ait survécu pendant les quatre mois d´inondations exceptionnelles dans la Somme il y a quelques années. »
Agrostis Stolonifère ©A.C.

Des substances anti-germinatives
L´agrostis ne se contente pas d´être de faible valeur alimentaire ou la cause de problèmes sanitaires quand elle est consommée en grande quantité : ses stolons secrètent des substances anti-germinatives qui empêchent les plantes situées à proximité de se développer !
Elle est ainsi impliquée en proportion importante dans les échecs de semis ou sursemis de prairies. On le sait depuis peu grâce à des travaux de chercheurs suisses et français. « D´après des essais menés par l´Inra du Pin au Haras dans l´Orne, il y a préjudice à partir de 10 % de fréquence d´agrostis(1) dans une parcelle. Il est donc dans ce cas préférable de détruire chimiquement la prairie, et de la re-semer après avoir laissé passer l´hiver de façon à ce que les toxines aient disparu. »
Heureusement, l´agrostis stolonifère a son point faible : elle a peu de racines qui sont très superficielles. Avec deux-trois coups de herse et un bon coup de soleil sur les stolons, il est possible d´en venir à bout. Alors mieux vaut la repérer dans ses prairies avant qu´elle n´ait atteint le seuil fatidique de 10 % ! Il y a fort à parier qu´elle a profité de la sécheresse de 2003 pour coloniser bon nombre de prairies.
(1) Ce qui correspond à la présence d´agrostis une fois sur deux dans dix échantillons prélevés sur une surface de 1 à 2 hectares.
Pourl´identifier
Les signes caractéristiques :
Préfoliaison (dernière petite feuille sortie) enroulée.
Plante non velue.
Absence d´oreillettes à la base des feuilles (petites pointes qui tentent de faire le tour de la tige).
Feuilles courtes raides pointues et dressées.
Développement à chaque noeud de petites racines qui sont des points d´ancrage.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière