Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Prairies
Méfiez-vous de l´agrostis stolonifère !

Sous un air inoffensif, cette graminée peut expliquer un bon nombre d´échecs de semis.


La nature est ainsi faite : chaque plante a développé une astuce pour se faire sa place au soleil. « Le « truc » de l´agrostis stolonifère est de profiter des conditions extrêmes pour se développer ; quand les conditions deviennent trop difficiles pour les autres espèces (chaleur, sécheresse, inondations, manque de fertilisants, surpâturage etc...), elle explose en lançant ses stolons parfois sur plusieurs mètres, affirmait Bruno Osson, technicien développement du Gnis, lors du Salon de l´herbe dans les Vosges en juin dernier. C´est par exemple la seule espèce qui ait survécu pendant les quatre mois d´inondations exceptionnelles dans la Somme il y a quelques années. »
Agrostis Stolonifère ©A.C.

Des substances anti-germinatives
L´agrostis ne se contente pas d´être de faible valeur alimentaire ou la cause de problèmes sanitaires quand elle est consommée en grande quantité : ses stolons secrètent des substances anti-germinatives qui empêchent les plantes situées à proximité de se développer !
Elle est ainsi impliquée en proportion importante dans les échecs de semis ou sursemis de prairies. On le sait depuis peu grâce à des travaux de chercheurs suisses et français. « D´après des essais menés par l´Inra du Pin au Haras dans l´Orne, il y a préjudice à partir de 10 % de fréquence d´agrostis(1) dans une parcelle. Il est donc dans ce cas préférable de détruire chimiquement la prairie, et de la re-semer après avoir laissé passer l´hiver de façon à ce que les toxines aient disparu. »
Heureusement, l´agrostis stolonifère a son point faible : elle a peu de racines qui sont très superficielles. Avec deux-trois coups de herse et un bon coup de soleil sur les stolons, il est possible d´en venir à bout. Alors mieux vaut la repérer dans ses prairies avant qu´elle n´ait atteint le seuil fatidique de 10 % ! Il y a fort à parier qu´elle a profité de la sécheresse de 2003 pour coloniser bon nombre de prairies.
(1) Ce qui correspond à la présence d´agrostis une fois sur deux dans dix échantillons prélevés sur une surface de 1 à 2 hectares.
Pourl´identifier
Les signes caractéristiques :
Préfoliaison (dernière petite feuille sortie) enroulée.
Plante non velue.
Absence d´oreillettes à la base des feuilles (petites pointes qui tentent de faire le tour de la tige).
Feuilles courtes raides pointues et dressées.
Développement à chaque noeud de petites racines qui sont des points d´ancrage.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Anthony, Christian et Evelyne Ripoche. « Cette technique nous a bluffés. Désormais, à tout moment de la journée, les vaches accèdent exactement à la même composition de ration. » © DR
« Nos vaches ne trient plus grâce au compact feeding »
Le Gaec Ripoche, dans le Maine-et-Loire, ajoute de l’eau à la ration pour obtenir un mélange condensé et homogène. Tel le…
Alain Piet. « Le simple fait d’ajouter de l’eau dans la ration a boosté la production laitière. » © E. Bignon
Compact feeding : "Je ne reviendrai pas en arrière"
Le Gaec du Puits, dans le Maine-et-Loire, converti au compact feeding depuis un an et demi, prépare sa ration en…
Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière