Aller au contenu principal
Font Size

Marchés : le déstockage a commencé

Un premier signal à la baisse a été donné avec une première adjudication des stocks de poudre le 19 octobre dernier.

Pour la Commission européenne, c'est le prix du lait moyen européen qui sert de référence.
© EC / C Lambiotte

L’annonce de la non-ouverture de l’intervention et la mise à l’adjudication des stocks de poudre ont sans surprise entraîné une baisse des cotations de la poudre écrémée. Au moment où nous mettons sous presse le 22 novembre – on ne connaît pas le résultat de la deuxième adjudication — elles se sont stabilisées autour de 1 440 € tonne. « C’est un moindre mal », commente Gérard Calbrix d’Atla. Seules 40 tonnes de poudre ont été écoulées lors de la première adjudication le 19 octobre.

Mais cette stabilisation ne devrait pas durer, même si la demande de poudre sur le marché mondial est bonne. La production néo-zélandaise est de retour avec toutefois des prévisions de Fonterra revue à la baisse pour la campagne en cours (+ 1 % au lieu de 3 % initialement) suite à des problèmes de pousse de l’herbe. En revanche la production laitière européenne repart en flèche. Notamment en France où elle se situe à + 6 % fin octobre par rapport à la même période 2016. Au troisième trimestre, la production européenne est en hausse de 2,6 % et elle pourrait, d’après les estimations d’Idele, "rebondir de plus de 4 % au quatrième trimestre, auquel cas elle dépasserait légèrement l’excellent niveau de 2015. La collecte annuelle progresserait alors de 1,5 % par rapport à 2016".

La production européenne est en forte hausse

Dans ce contexte, encombrée par plus de 350 000 tonnes de stocks de poudre, « la Commission européenne veut absolument arrêter la remontée de la production européenne. Et l’outil dont elle dispose, c’est la mise sur le marché de ces stocks », explique Gérard Calbrix. Son intention affichée est de les écouler d’ici la fin 2019. Or « l’écart de prix entre une poudre qui a deux ans et une poudre fraîche est d’au moins 200 €. La Commission va dégager des stocks à des prix de plus en plus bas, ceci jusqu’à ce que le prix du lait moyen européen atteigne le niveau qui ne stimule plus la production. C’est ce prix moyen européen qui lui sert de référence ». Or cet automne, le prix du lait 38-32 est monté à 390 € en Allemagne du Nord, 400 € aux Pays-Bas, 370 € en Belgique…

Côté beurre, après être grimpés à des niveaux astronomiques cet été (7 000 €/t), « les cours ont baissé, c’est normal. Ils se sont stabilisés entre 4 500 et 5 000 €/tonne, à un niveau extrêmement élevé, rarement vu par le passé ». Ils concernent les livraisons du premier trimestre 2018. "Les cours devraient remonter au deuxième semestre 2018, prévoit-il, car il y a peu de chances qu’on arrive à reconstituer les 120 000 tonnes de stocks de beurre nécessaires pour compenser le creux de production d’été, comme cela a été le cas cette année. »

Au final, Gérard Calbrix estime la valorisation beurre-poudre (en équivalent lait 38-32) au premier semestre 2018 autour de 280€/1 000 litres. Quant au prix du lait, où se situera-t-il l’année prochaine ? « Personne ne sait aujourd’hui. Il dépendra de l’attitude des distributeurs lors des négociations commerciales sur les marques qui se clôtureront fin février, puis de celles sur les marques distributeurs. » Des hausses de tarifs ont en tout cas été envoyées aux distributeurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière