Aller au contenu principal

MARCHÉS ET PRIX DU LAIT
MARCHÉS ET PRIX DU LAIT - Des incertitudes pour la fin de l’année

Les cours des produits industriels commencent à remonter, le lait spot aussi… mais jusqu’où ? Jusqu’à quand ? L’équilibre entre offre et demande est précaire. Des entreprises souffrent de l’engorgement des marchés.

L’ÉQUILIBRE DES MARCHÉS dépendra
du rebond des cours cet été
et de l’évolution de l’offre dans
l’hémisphère Sud notamment.
L’ÉQUILIBRE DES MARCHÉS dépendra
du rebond des cours cet été
et de l’évolution de l’offre dans
l’hémisphère Sud notamment.
© S. Leitenberger

«Le prix du lait moyen français sur le premier semestre 2012 est d’un niveau comparable à celui du premier semestre 2011. Plus en détail, le 1er trimestre 2012 était en hausse (+3 % par rapport au 1er trimestre 2011), mais le 2e trimestre 2012 était en baisse (-3 à -4 %). Pour le 3e trimestre, vu l’évolution des cours des produits industriels et du prix allemand, le prix du lait devrait être inférieur au 3e trimestre 2011. Pour le 4e trimestre, tout va dépendre de l’ampleur du rebond des cours des produits industriels », décrit Benoît Rouyer, économiste au Cniel.


Depuis début mai, le creux de collecte de l’hémisphère sud et la fin du pic de collecte en Europe ont en effet permis aux cotations du beurre et des poudres de repartir à la hausse. « Les cours devraient être meilleurs jusqu’en octobre. Les opérateurs qui attendaient pour acheter que les cours baissent encore sont en train de revenir. En Europe, des contrats se concluent sur plusieurs trimestres ; cela va améliorer la situation des stocks des industriels », pointe Gérard Calbrix, économiste à Atla.

« À partir d’octobre, l’équilibre des marchés dépendra des conditions climatiques dans l’hémisphère sud. » L’équilibre est précaire…


La baisse des prix des produits laitiers constatée depuis plusieurs mois est liée à une production qui se développe partout dans le monde, même en Russie, Biélorussie, Ukraine, du fait de bonnes conditions climatiques. « Le premier semestre 2012 se caractérise par une situation de surproduction au niveau mondial », résume Gérard Calbrix.

Heureusement, la demande reste très forte, et continue de tirer le marché des poudres de lait écrémé et du lactosérum. En conclusion, « la situation n’est pas comparable à 2009. Pour l’instant, les cours se tiennent et même s’améliorent. »


Des laits flottants et le spot à moins de 200 €/1000 l en mai


En France, les marchés encombrés, la détérioration des cours, et une concurrence renforcée dans le lait de consommation, l’emmental, mais aussi l’ultrafrais, mettent à mal certaines entreprises et accentuent les difficultés chez d’autres. « Un des problèmes est que les capacités de transformation sont insuffisantes pour traiter toute la collecte française. Du coup, du lait part en lait spot, très mal valorisé en ce moment (moins de 200 €/1000 l en avril-mai, 270 € mi-juin), et pèse sur le reste du marché. La grande distribution connaît le prix du lait spot et s’en sert pour faire pression », ajoute Bruno Verkest, de la FDSEA Loiret.

Prix du lait d’avril en France et en Allemagne


Le prix du lait d’avril en France(1) était de 293,13 euros/1 000 l. Soit une baisse de 2,86 % par rapport à avril 2011. La baisse sera du même ordre pour juin.


Le prix moyen allemand du mois d’avril est de 311,84 euros/1000 l. Sachant qu’en France, l’indice de saisonnalité est négatif sur le mois d’avril (plus ou moins important suivant les régions), le prix désaisonnalisé français est en fait supérieur au prix allemand.


Pour le mois de mai, une chute du prix allemand est possible. « Ils ont cédé des baisses importantes de tarif à la grande distribution, pour le lait de consommation et le beurre », indique Benoît Rouyer, du Cniel. Si cela se confirme, cela aura un impact sur le prix du lait en France au 3e trimestre.

(1) toutes primes comprises, toutes qualités confondues, ramené à un lait standard (38 g de MG, 32 g de MP)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière