Aller au contenu principal
Font Size

Marché laitier
Marché laitier - La Suisse dans la tourmente de l’après-quota

Réunis dans une jeune interprofession, producteurs et transformateurs ont pour le moment du mal à s’entendre sur des mécanismes de régulation du marché.

Le projet de la fédération des producteurs suisses de regrouper les producteurs en quatre organisations de producteurs est tombé à l'eau. Finalement, 34 organisations ont vu le jour.
Le projet de la fédération des producteurs suisses de regrouper les producteurs en quatre organisations de producteurs est tombé à l'eau. Finalement, 34 organisations ont vu le jour.
© C. Reibel

Le 1er mai 2009, la Suisse a mis fin à trente-deux années de contingentement laitier. Rares sont ceux qui le regrettent. Mais cinq mois plus tard, les producteurs sont amers. Le paysage laitier et le prix du lait ne ressemblent pas à ce qu’ils avaient imaginé. Un prix indicatif de 405 euros pour 1 000 litres se situe « environ 30 % sous leurs coûts de production moyens » (1), à en croire André Aeby, vice-président de la Fédération des producteurs suisses de lait (FPSL).

En 2008, l’attribution débridée de droits à produire a déstabilisé le marché. Petit retour en arrière. Au mois de janvier 2004, la Confédération helvétique annonçait la date de sortie de ce régime. Elle autorisait aussi les éleveurs à dépasser leur référence à partir de 2006 à condition de posséder un contrat direct ou indirect avec un acheteur. Pour encadrer le mouvement, elle avait laissé les producteurs s’organiser pour gérer les volumes historiques et supplémentaires.

Mais des points de vue divergents entre responsables et le marché vont faire voler en éclat l’équilibre de la filière. Le projet de la FPSL en juin 2007 de regrouper les producteurs en quatre organisations de producteurs qui auraient été les interlocuteurs des industriels prend rapidement l’eau dans un contexte international de prix élevé du lait. Beaucoup veulent en profiter et, finalement, ce sont 34 organisations de producteurs qui voient le jour.

Il y a d’une part des organisations de producteurs (OP) qui fonctionnent comme des groupements de collecte revendant du lait aux industriels, et d’autre part des organisations de producteurs-utilisateurs (OPU) au sein desquelles l’industriel a un lien direct avec chaque producteur. Dans la foulée, la production suisse augmente de 5 % en 2008 sur fond de bataille entre OP pour sécuriser leurs litrages.

PERSONNE NE CONNAÎT LES VOLUMES ATTRIBUÉS AUX PRODUCTEURS

Aujourd’hui, la situation est « désastreuse », juge André Aeby. « Nous avons donné tout le pouvoir aux transformateurs. Le marché est sous la pression des volumes supplémentaires attribués par les industriels et de négociants francs-tireurs qui surenchérissent à la baisse pour vendre », poursuit-il.

Michel Guex, président de l’Association des producteurs de lait Cremo (APLC) développe une toute autre analyse. « 60% du lait suisse est confronté directement au marché de l’Union européenne. Le problème du prix du lait vient à 80 % de la crise économique mondiale, à 10 % du changement de comportement du consommateur et à 10 % des volumes supplémentaires livrés », dit-il.

L’excédent de lait est en tout cas bien là. Il a amené les quatre principaux industriels à réviser leur politique d’approvisionnement. Emmi, le numéro un suisse (963 millions de litres transformés), privilégie le lait de ses actionnaires et a dénoncé des contrats complémentaires dès 2008. Cremo réduit linéairement ses achats. Hochdorf a choisi de couvrir entre 30 et 40 % de ses besoins en direct et achète le solde au coup par coup. Elsa joue le même jeu sauf que la proportion de contrats directs lui assure environ deux tiers de ses besoins.

UNE BOURSE DU LAIT DEPUIS LE 1ER AOÛT

Pour sortir de cette spirale, les producteurs mais aussi certains industriels défendent la régulation des volumes. La FPSL n’a pas abandonné son idée de regrouper nationalement l’offre, mais elle reconnaît que les producteurs sont divisés sur le sujet.

Elle travaille aussi à la mise au point d’un système de prix différenciés en fonction de la valorisation du lait. Mais un nouvel acteur pourrait avoir son mot à dire : l’interprofession, l’IP lait. Créée en juin dernier, l’IP fixe chaque trimestre un prix indicatif pour le lait non transformé en fromage. Son calcul se réfère notamment à l’indice des coûts de production publié par l’Union suisse des paysans (USP). Le premier résultat est que les 405 euros pour 1000 litres ont été dans l’ensemble tenus. Mais cela ne saurait suffire.

Au 1er août, l’IP a lancé une bourse du lait. Elle doit devenir le point de passage obligé de tout lait qui ne fait pas l’objet d’un contrat d’un an minimum. L’IP envisage aussi de publier un prix seuil. Tout lait acheté sous ce prix serait obligatoirement exporté sur les pays tiers au prix du beurre-poudre. Autrement dit, il ne serait pas un élément qui tirerait le prix national vers le bas.

Enfin, l’IP souhaite que tous les contrats signés soient publiés afin d’avoir une connaissance des volumes attribués. Car depuis la fin des quotas, plus personne ne sait combien de droits à produire sont globalement détenus par la production ! Difficile dans ces conditions de piloter la filière. L’IP compte sur l’appui du législateur pour donner un caractère obligatoire à cette série de mesures. ■

(1) Les « paiements directs » versés moyennant des « prestations écologiques » sont sensés compenser la différence entre prix du lait et coût de production. Les montants payés atteignent 693 € par hectare d’herbe et entre 460 et 820 €/UGB selon la zone (plaine ou montagne). Le salaire moyen suisse est d’environ 46000 €.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière