Aller au contenu principal

Maï’zy, une appli pour piloter la qualité du maïs fourrage

L'appli permet de valoriser les données météo ultralocales du capteur.
© Seenergi

Lancé par le groupe Seenergi et Weenat, Maï'zy facilite la prise de décision aux différents stades de la culture du maïs fourrage. Cette application mobile utilise les données météo à la parcelle transmises toutes les quinze minutes par un capteur météo connecté.  Elle indique ainsi en fonction de la température du sol, de la pluviométrie, si les jours à venir sont favorables au semis. Elle calcule les dates de floraison femelle et de récolte prévisionnelles, en fonction de la variété, des objectifs et des données météo historiques sur dix ans. Et elle les ajuste au quotidien avec les données météo mesurées sur la parcelle. Enfin, elle affiche, en fonction des matières sèches saisies à la parcelle, un calendrier de prévision d’évolution pour planifier avec précision le chantier de récolte.

Deux cas de figure sont possibles. « Soit l’éleveur achète ses propres capteurs Weenat. Soit il adhère à une communauté qui lui permet d’accéder aux données météo des capteurs les plus proches de ses parcelles », précise Julie Dewez, ingénieur R&D Seenergi. Une première communauté est déjà créée au niveau de Littoral Normand. Comptez 498 € HT pour un pluviomètre-hygromètre-thermomètre Weenat et 390 € HT pour un anémomètre. L’abonnement à l’application Weenat, est quant à lui de 119 € HT/an et il faut compter 80 € HT/an en complément pour accéder à Maï’zy. Un deuxième outil concernant la gestion de l’herbe et des prairies devrait suivre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière