Aller au contenu principal
Font Size

Maîtres laitiers du Cotentin part à la conquête du e-commerce

Le groupe normand annonce le lancement d’un portail de vente en ligne en janvier prochain. Sa nouvelle usine de Méautis monte en puissance.

Les Maîtres laitiers du Cotentin innovent en lançant une plateforme de e-commerce accessible aux professionnels de la restauration hors foyer, mais aussi plus largement à tous les particuliers à partir du 15 janvier prochain. Une première ! « Nos modes de consommation deviennent multiples et l’étanchéité historique entre la restauration hors foyer et les achats alimentaires en GMS s’étiole, a indiqué Jacques Klimczak, directeur marketing et communication des Maîtres laitiers du Cotentin lors de l’assemblée générale de la coopérative le 20 septembre dernier. La distribution reste le bras armé des MLC pour accéder au marché. Avec le e-commerce, nous nous donnons les moyens de répondre aux attentes montantes des consommateurs et de travailler pour l’avenir. » En parallèle, le groupe a fait évoluer l’identité visuelle de sa marque Campagne de France forte de 142 références, dix-huit mois après son lancement, pour mieux répondre au positionnement de ses produits « bons, sains et issus des territoires ruraux ».

Une hausse de volumes de 20 % proposée aux coopérateurs

Au terme d’une année laitière 2016-2017 qui a vu le groupe se renforcer (Réaux, Yéo…), de nouveaux défis sont relevés avec ambition. L’usine de Méautis a démarré sa production en juillet. Elle se destine à fabriquer 690 millions de briquettes de lait infantile (90 à 100 millions de litres) à destination de la Chine, pour Synutra. Un contrat est signé pour onze ans. L’usine reprend aussi l’activité du site de Tribehou, de beurre et crème AOP d’Isigny.

Cet investissement donne des perspectives de développement de 20 % de volume aux coopérateurs qui le souhaitent. Sur la campagne en cours, la dynamique de production se chiffre à +4,84% fin août et est estimée à +7% fin septembre. La collecte 2016-2017 s’est élevée à 408 millions de litres, soit +1,63% par rapport à la campagne précédente. Cette évolution porte la livraison moyenne à 508 390 l sur 803 points de collecte, soit 52 de moins que l’an passé. Le prix de base du lait (mars 2016-mars 2017) a été de 290 €/1000 l, en repli de 18€/1000 l. Avec la qualité, les compléments, l’aide conjoncturelle (15 €/1000 l), l’intérêt aux parts sociales (3,22%), le prix payé moyen atteint 347€/1000 l. « L’engagement de payer le prix au moins 300 €/1000 l chaque mois nous a amené à payer plus de 30 €/1000 l par rapport aux opérateurs nationaux, affirme Christophe Levavasseur, Président de la coopérative. Nous l’assumons parce que notre filiale de distribution -et premier client- France Frais a encore apporté sa contribution en versant plus de 10 millions de dividendes sur l’exercice. »

La coopérative dégage un résultat net de 2,5 millions d’euros, proche de celui de la campagne précédente. Celui du groupe (coopérative et France Frais) atteint 2,7 millions d’euros, contre 13,2 millions l’an dernier. Cela s’explique principalement par la politique de soutien du prix à la production. Et le retard de trois mois de l’agrément chinois qui a contraint la coopérative à fabriquer de la poudre de lait, alors que l’usine de Méautis était opérationnelle dès avril.

Nouveau logo Campagne de France (juste celui en vert) + photo Méautis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière