Aller au contenu principal

Maïs : Quelles recommandations pour la lutte contre les corvidés en 2021

A défaut de disposer d’une solution entièrement satisfaisante, Arvalis recommande de mettre en œuvre une protection intégrée avec la combinaison de différents leviers.

Les corvidés sot capables de manger le maïs avant la levée et de tirer dessus jusqu’à 5 feuilles pour avoir la graine ! © J.-C. Gutner
Les corvidés sot capables de manger le maïs avant la levée et de tirer dessus jusqu’à 5 feuilles pour avoir la graine !
© J.-C. Gutner

1 Adapter l’itinéraire technique en évitant tant que possible les semis de maïs décalés dans l’espace et le temps. Attention aussi aux préparations de sol en conditions sèches pour ne pas avoir des sols motteux ou soufflés, favorables aux dégâts d’oiseaux. Il est préférable de rappuyer correctement la ligne de semis. Il y a des différences importantes selon le type de préparation de sol et le type de semoir. Et si les conditions le permettent, mieux vaut aussi privilégier un semis profond (4-5 cm) pour ralentir les dégâts, à défaut de les empêcher.

2 Privilégiez des semences protégées avec Korit 420FS en situation à risque. Il est encore disponible en 2021, avec un coût d’environ 10 €/dose. « Son efficacité est démontrée, mais reste insuffisante en cas de fortes attaques. Aucune autre solution disponible et autorisée pour un usage corvifuge n’a démontré un intérêt technique dans nos essais », précise Anne-Sophie Colart d’Arvalis.

3 Régulez les populations par le piégeage et le tir en se référant à la réglementation nationale et aux mesures en vigueur dans votre département en fonction de l’espèce considérée.

4 Pensez aussi à déclarer les dégâts en cas d’attaques sur vos prochains semis via les formulaires départementaux (DDT, CA, FDSEA…), et ce même si vous l’avez déjà signalé les années précédentes. Le signalement ne donne droit à aucune indemnisation mais le recensement des dégâts occasionnés par les espèces d’oiseaux – ou l’absence de signalement- est pris en considération pour leur classement sur la liste des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière