Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’utilisation systématique des antiparasitaires est à proscrire

La lutte contre les résistances et la préservation de l’efficacité des traitements ont été au coeur des journées 2015 des Groupements techniques vétérinaires.

L’impact sur la santé et la production des strongles digestifs peut être très variable entre saisons, entre troupeaux, entre lots et entre individus.
L’impact sur la santé et la production des strongles digestifs peut être très variable entre saisons, entre troupeaux, entre lots et entre individus.
© A. Conté

Les éleveurs et vétérinaires qui utilisent de façon systématique et répétée des antiparasitaires contre les strongles gastro-intestinaux doivent revoir leurs pratiques. Ce message a été martelé tout au long des journées des GTV qui se sont déroulées du 20 au 22 mai dernier à Nantes. En jeu, l’efficacité de ces traitements sur le long terme. Chez les ovins, la résistance des strongles gastro-intestinaux est démontrée depuis longtemps pour toutes les familles d’anthelminthiques (benzimidazoles, lévamisole et lactones macrocycliques) pour les trois espèces de parasites dominantes. Elle met même en péril en Océanie les productions ovines fondées sur le pâturage. En bovins, depuis plusieurs années, des résistances sont constatées ou fortement suspectées dans de nombreuses régions du monde, principalement sur Cooperia (un strongle digestif). « Elles posent déjà des problèmes en Nouvelle-Zélande, et les rapports actuels de résistance sur les bovins en Australie sont tout à fait alarmants », affirme David Homer, de Merial.

Des résistances en élevages bovins laitiers en France

En France, pour les bovins laitiers, une seule étude sur les résistances aux antiparasitaires(1) a été menée. Elle a été conduite en 2013 sur huit élevages de Loire-Atlantique pris au hasard. Des coproscopies ont été réalisées sur les lots de génisses. Sur les huit exploitations, quatre présentaient des résistances sur Cooperia à l’ivermectine et à la moxidectine. Une enquête analogue(1) a été menée en Italie, en Grande-Bretagne et en Allemagne ; les résultats sont comparables. « Cooperia n’est pas un parasite à expression clinique très forte : c’est un parasite assez peu pathogène. Les éleveurs n’avaient rien vu, commente Christophe Chartier, Oniris-Nantes. Je suis persuadé qu’il existe des résistances à Cooperia en France. Et que la résistance va aussi s’exercer sur Ostertagia (autre strongle digestif).»

Conserver une population refuge de parasites

« Lorsque les résistances sont détectées, la proportion de parasites résistants est telle qu’il est souvent déjà trop tard pour espérer une dilution des allèles de résistance et le retour à une population sensible, souligne Nadine Ravinet, Institut de l’élevage Oniris-Nantes. La prévention de l’apparition de résistances doit donc faire d’emblée partie intégrante des méthodes de lutte contre les strongyloses gastro-intestinales. » Les stratégies de traitement ciblé sélectif, autorisant la conservation d’une population refuge de parasites sont à la base de cette prévention.

La lutte est trop souvent basée sur l’utilisation systématique des antiparasitaires à des dates standard.  Or« le risque parasitaire n’est constitué que lorsque des animaux sensibles se trouvent confrontés à des pressions de contamination élevées », rappelle Alain Chauvin, de Oniris-Nantes. Des outils permettent d’identifier ce risque et ainsi de mieux cibler les traitements. Comme Parasit’info, développé par les GDS, qui permet de simuler l’impact du traitement en intégrant la conduite du pâturage (réelle ou préenregistrée), avec une mise à jour régulière des données météorologiques locales. « Ces outils sont prudents : quand ils disent qu’il n’y a pas de risque, c’est qu’il n’y en a pas. » Parasit'info permet de réduire de moitié le nombre de traitements par rapport aux pratiques. C'est en tout cas ce qu'a montré un test mené dans 44 exploitations laitières, si l'on applique la stratégie de traitement minimale optimale proposée par l'outil.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
"Mes niches à veaux sur sable sont faciles à nettoyer"

"Les nouveau-nés, jusqu'à 15 jours maximum, sont élevés dans des niches à veaux que nous avons…

Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière