Aller au contenu principal

Race normande
L´Upra en difficulté prépare sa mutation

Plombée par un déficit financier structurel, l´Upra aurait pu déposer le bilan en 2006. Les réflexions sur le projet racial devraient aboutir à des propositions concrètes en août.


Les comptes de l´Upra Normande sont dans le rouge. A tel point que la cour des comptes a déclenché une procédure d´alerte qui aurait pu aboutir au dépôt de bilan en 2006. « Personne ne souhaite cela à l´Upra. Ce serait une mauvaise chose pour la race », a affirmé Gilles Thomazo, lors de l´assemblée générale de l´Upra qui s´est déroulée le 22 juin dans le Calvados. S´exprimant au nom des unités de sélection, Gilles Thomazo a insisté sur la nécessité de faire table rase sur les conflits du passé « pour construire un projet racial commun au service d´une race conquérante ». Et d´ajouter : « Produisons d´abord un projet racial avec des objectifs biens définis et partagés par tous et nous verrons ensuite quels seront les moyens à mettre en face et les contributions financières des uns et des autres. Dans le domaine, la Montbéliarde donne une leçon à tout le monde ! »
Si chacun s´accorde sur l´impérieuse nécessité d´opérer une restructuration, notamment au sein de l´Upra, et d´élaborer un projet racial contribuant à la création d´un Organisme de sélection indépendant et fédérateur, aucune piste n´a été dévoilée lors de l´assemblée générale. Le nouveau bureau en place depuis février y travaille mais ne veut pas « brûler les étapes », a souligné Jacques Legendre, le président de l´Upra. Des propositions seront annoncées début août.
Reste que face à l´urgence, certains commencent à s´impatienter. Il n´y a malheureusement pas que les comptes de l´Upra qui sont dans le négatif. La Normande a encore subi une baisse du nombre d´inséminations premières en 2005. Et le nombre d´adhérents à l´Upra (1842) a aussi reculé (- 2 %) en 2005 pour atteindre le niveau de 1995. La nouvelle équipe a du pain sur la planche mais se montre déterminée à relever le défi pour relancer la race.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière