Aller au contenu principal

L'ultrafrais, une filière en quête d'innovations

Les ventes ont à nouveau baissé en volumes en 2014. La filière de l'ultrafrais se mobilise sur la relance de la consommation, avec l'innovation produits.

Les Français consomment en moyenne 31 kg par personne et par an de produits laitiers ultrafrais.
Les Français consomment en moyenne 31 kg par personne et par an de produits laitiers ultrafrais.
© G. Deloison

Sur l'année 2014, les ventes d'ultra-frais en France à 1,86 million de tonnes et 4,7 milliards d'euros sont en recul de 1,5% par rapport à 2013(1). La baisse des ventes est surtout forte dans le hard discount (-5,1%). En 2014, seules les ventes en volumes en e-commerce adossé à une enseigne progressent (+ 26,4 %), elles reculent de 1% en hypermarchés et de 3,2% en supermarchés. Du côté des marques, ce sont les marques distributeurs (44% des ventes sont des MDD) qui affichent le plus fort repli tandis que les "autres marques " qui regroupent notamment les marques régionales progressent de 7,1%. Pour la première fois, les exportations sont en baisse et le solde positif du commerce extérieur à 788 millions d'euros est en recul par rapport à 2013.

"Depuis 2012, ce sont 70 000 tonnes, soit l'équivalent d'une usine qui a disparu du marché", a regretté le nouveau président de Syndifrais, Jérôme Servières. Depuis trois ou quatre ans, en contradiction avec les recommandations du PNNS , la consommation des produits laitiers frais, traditionnellement consommés en fin de repas, est en berne. Le syndicat a fait de la relance de la consommation et de la réduction du gaspillage alimentaire deux axes forts de sa stratégie.

Segmenter le marché et viser de nouveaux débouchés

Pour Christophe Lafougère, directeur général du Gira, si le marché de l'ultra-frais est arrivé à maturité dans les pays développés, il faut jouer sur l'innovation produits pour relancer le marché, comme avec les yaourts ultra protéinés (yaourts grecs) introduits en 2007 sur le marché américain, et désormais présents en Europe et en France. Nouveaux produits, nouveaux moments de consommation et nouveaux marchés à l'exportation. Tels sont pour Christophe Lafougère les ingrédients de la croissance. En Chine, le marché du yaourt à température ambiante (non limité par la chaîne du froid) et celui des boissons fermentées lactées sont en pleine croissance en lien avec de nouveaux modes de consommation. Autant d'opportunités à saisir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière