Aller au contenu principal
Font Size

L’OPL veut renforcer le pouvoir des OP

La branche lait de la Coordination rurale tenait son colloque le 9 février dernier. Régulation et contractualisation étaient au menu.

L’Organisation des producteurs de lait (OPL) défend une politique qui anticipe les crises plutôt que de les attendre et de les subir. Son Programme de responsabilisation face au marché (PRM) a séduit les députés français, qui ont adopté fin 2016 une proposition s’inspirant de ce modèle. Le PRM vise l’ajustement de l’offre à la demande, avec différents niveaux d’intervention suivant la gravité de la crise. Une des mesures phares est en cas de surproduction, un système de bonus-malus qui aide les éleveurs baissant volontairement leur production et qui pénalise ceux l’augmentant. "Une proposition qui a inspiré le plan de réduction volontaire des livraisons mis en place par la Commission européenne fin 2016 et qui a eu du succès auprès des éleveurs européens !", a souligné Véronique Le Floc’h, présidente de l’OPL.

Pour des OP professionnelles et transversales

Mais dans le rapport publié par la Commission européenne fin 2016, dans les propositions d’évolution du paquet lait, "il n’y a ni régulation, ni référence aux coûts de production", s’inquiète la présidente. On y trouve par contre l’idée d’un système d’assurance prix ou marge. "Avec une crise comme celle de 2015-2016, il aurait fallu couvrir 12 milliards d’euros de pertes économiques des éleveurs laitiers : quel système assurantiel peut couvrir de tels montants ? Et si on prend sur le second pilier pour le financer, cela veut dire moins de fonds pour d’autres actions." Le rapport européen préconise aussi la professionnalisation des organisations de producteurs. "Pour que les OP soient plus fortes, il faut qu’elles soient transversales et qu’elles incluent des représentants des coopératives. Il faut qu’elles aient plus qu’un demi-poste administratif ; il faut qu’elles puissent faire appel à des négociateurs. Et pour une adhésion totale des producteurs, il faut une incitation financière." Concernant la contractualisation, l’OPL estime qu’avec des durées de contrat aussi longues en France (5 ans, contre moins d’un an dans d’autres pays), "il faut une clause de revoyure à mi-contrat. Il ne faut pas que les producteurs qui veulent rompre leur contrat se sentent pieds et poings liés." Et enfin les contrats devraient mentionner plus qu’un indice de variation des coûts de production, et faire mention d’une référence en euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière